La prise en charge nécessite d'être toujours plus expliquée et humanisée et les associations, souvent constituées de malades, d'anciens malades ou de leurs proches, mais aussi de personnels hospitaliers, jouent un rôle essentiel dans cette information. Partant de ce constat, le CHU de Limoges vient d'ouvrir un espace dédié aux usagers, qu'une trentaine d'associations animent à tour de rôle.

La prise en charge nécessite d’être toujours plus expliquée et humanisée et les associations, souvent constituées de malades, d’anciens malades ou de leurs proches, mais aussi de personnels hospitaliers, jouent un rôle essentiel dans cette information. Partant de ce constat, le CHU de Limoges vient d’ouvrir un espace dédié aux usagers, qu’une trentaine d’associations animent à tour de rôle.

Il existe plus de 100 associations qui interviennent auprès des patients hospitalisés ou suivis par les services du CHU de Limoges. Leur rôle et leur place auprès des malades et de tous ceux qui constituent leur entourage affectif, social, géographique sont essentiels. Cette maison des usagers symbolise l’affirmation des droits des malades, et favorise l’écoute et le dialogue avec les associations et le CHU.

Cette Maison des usagers située dans le couloir principal du hall de l’hôpital Dupuytren accueille les patients, informe le public, invite à la rencontre et à la réflexion éthique de toute la communauté hospitalière. Elle facilite aussi la coordination des réseaux de soignants, des réseaux ville-hôpital et de bénévoles, et participe à la résolution des problèmes ou malentendus pouvant survenir pendant une prise en charge. La Commission de relation avec les usagers y a donc également trouvé sa place pour y tenir des permanences régulières.

Au-delà, cet espace a vocation à être un lieu de convivialité et son agencement a été pensé pour cela : des banquettes confortables, un écran géant connecté à internet pour que les association puissent y diffuser des vidéos, des photos, des messages de prévention ou d’information, des présentoirs avec des plaquettes…

Une inauguration officielle en présence des représentants des associations, de la direction générale et de la commission des relations avec les usagers aura lieu à la fin du mois. Mais certaines associations se réjouissent déjà de l’existence de cet espace récemment ouvert : ainsi, l’ADOT (Association pour le Don d’Organe et de Tissus humains) qui y a déjà réalisé 7 fois plus de cartes de donneurs depuis son ouverture qu’en un an et demi de permanence dans son ancien local situé sur le même hôpital !

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.