Limoges se dote d’une 3ème IRM

Une 3ème IRM (Imagerie par Résonance Magnétique) sera en fonctionnement au CHU de Limoges en 2015. Un équipement qui permettra de réduire les délais d’attente et d’offrir plus de confort pour les patients.

Début 2014, des travaux ont démarré au CHU afin d’installer une 3ème IRM. Cet équipement supplémentaire va permettre de réduire les délais d’attente pour les patients dans l’obtention des rendez-vous.
En effet, si les patients arrivés aux urgences ou hospitalisés sont pris en charge en priorité (de quelques heures à quelques jours de délais d’attente) en revanche, les délais peuvent courir de 1 à 3 mois pour les situations sans caractère d’urgence. L’attente vient du nombre important d’examens par IRM réalisés au CHU sur une année (près de 19 000 en 2013).
Pour répondre à une demande croissante, le CHU a dû acquérir un nouvel équipement. L’installation de cette 3ème IRM s’accompagne d’une restructuration complète du service, avec la construction d’une extension de 250m2. Les travaux doivent s’achever en mars 2015.
Outre des locaux neufs, ces aménagements vont permettre de revoir tout le circuit des patients. Les trois salles de traitement disposeront chacune de leur propre salle d’attente, et, une salle d’attente spécifique sera dédiée aux  patients alités. Les croisements de patients, notamment externes et hospitalisés, seront donc limités, pour une plus grande confidentialité et un respect de l’intimité. Mêmes soucis pour la nouvelle salle d’anesthésie construite à proximité des salles de traitement.Durant toute la période des travaux, les examens d’IRM et l’accueil des patients seront assurés normalement.

Une machine spécifique pour les enfants et les patients obèses
Autre bénéfice pour les patients, la 3ème IRM disposera d’un tunnel plus large. Cette caractéristique offrira davantage d’aisance aux enfants et de possibilités de contact avec leurs parents présents à leurs côtés. Cette IRM pourra aussi prendre en charge les patients obèses.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.