Le CHU de Montpellier rend hommage au Professeur Jacques du Cailar

Professeur en anesthésie et réanimation médicale au CHU de Montpellier, chef de département "Anesthésie et réanimation" et président de la Commission médicale de l’établissement (CME), le professeur Jacques du Cailar est décédé le vendredi 13 juillet 2018. Xavier Capdevila, Professeur à l’UFR de Montpellier, Chef du Pôle Urgences du CHU, Président de la SFAR, lui rend hommage.
Professeur en anesthésie et réanimation médicale au CHU de Montpellier, chef de département "Anesthésie et réanimation" et président de la Commission médicale de l’établissement (CME), le professeur Jacques du Cailar est décédé le vendredi 13 juillet 2018. Xavier Capdevila, Professeur à l’UFR de Montpellier, Chef du Pôle Urgences du CHU, Président de la SFAR, lui rend hommage.
"Jacques du Cailar est né le 23 Mai 1926 à Saint Hyppolyte du Fort, dans ce Gard protestant et rude qui a parfaitement forgé sa personnalité. Il se maria le 15 juillet 1947 à Saint Hippolyte du Fort avec Aline Faucher dont il eut trois enfants Claude, chirurgien vasculaire, Dominique sa fille et Guilhem, médecin interniste et cardiologue. 
Comme son illustre aîné Arnaud de Villeneuve, il alla faire ses études de médecine et son internat à Montpellier. Homme de devoir et de combat, il se lança le défi de la mise en place d’une nouvelle spécialité : l’Anesthésie-Réanimation. Pensez donc, au début des années 50, moins de 25 médecins indépendants pratiquaient l’anesthésie. Dans la suite immédiate des Jean Lassner, Ernest Kern, Guy Vourc’h et Jean Baumann, il travailla sans relâche à faire reconnaître la spécialité. L’anesthésie-réanimation devint spécialité médicale en 1966. Nommé professeur agrégé, il créa une des plus excellentes écoles d’anesthésie-réanimation française, avec un Certificat d’Etude Spécialisé très recherché par les étudiants. Père de la neuroleptanalgésie qui participa au succès de l’anesthésie intraveineuse puis de la protection du système neurovégétatif du patient en per-opératoire, avec Laborit et Huguenard, il fût un des vrais acteurs de la reconnaissance de la spécialité par les chirurgiens et la faculté de médecine. Ceci est parfaitement relaté par Aimé Julia, dans son traité de médecine raisonnée, qui disait de lui : « Dans les années 50 l’apparition à Montpellier des premiers appareils d’anesthésie en circuit fermé, passionnément «bricolés » par Jacques Du Cailar, a apporté une très importante amélioration aux  statistiques de la chirurgie viscérale et autorisé des ouvertures nouvelles vers la chirurgie thoracique, la chirurgie vasculaire, la neurochirurgie, la chirurgie osseuse… »

"Un patron remarquable"

Il fût très actif  dans le développement scientifique et organisationnel national de la spécialité, par le biais de la société française d’anesthésie-analgésie puis de la SFAAR qui devint la SFAR en 1981. Homme du service public hospitalier, il mit toute son énergie au service des patients dont il avait la charge en tant qu’anesthésiste-réanimateur, chef de département et président de CME. C’était un homme de devoir, de parole et un « patron » remarquable. Parmi ses élèves directs, tous les hospitaliers, hospitalo-universitaires et chefs de département des CHU de Montpellier et Nîmes ont toujours tenté d’en assurer la filiation professionnelle."

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.