Total relooking numérique pour le CHU de Nancy qui effectue une entrée sur le Web 2.0 avec des nouveaux supports dynamiques, branchés sur l’actualité santé régionale et nationale, et sources d’informations indispensables pour faciliter aux usagers la compréhension de l’institution hospitalo-universitaire lorraine. Un projet entièrement piloté et réalisé par la délégation à la communication et la direction du système d’information du CHU avec pour le site Internet, l’utilisation d’un logiciel gratuit et libre de droits.

Total relooking numérique pour le CHU de Nancy qui effectue une entrée sur le Web 2.0 avec des nouveaux supports dynamiques, branchés sur l’actualité santé régionale et nationale, et sources d’informations indispensables pour faciliter aux usagers la compréhension de l’institution hospitalo-universitaire lorraine. Un projet entièrement piloté et réalisé par la délégation à la communication et la direction du système d’information du CHU avec pour le site Internet, l’utilisation d’un logiciel gratuit et libre de droits.

Un nouveau site Internet
A travers un design pensé pour améliorer l’ergonomie et la lisibilité de ses contenus, le site privilégie un accès simplifié par catégorie de visiteur (patients ou professionnels) et direct aux informations les plus consultées : numéros d’urgences, plans d’accès aux différents hôpitaux, annuaires des consultations interactifs organisés par pathologie adultes et enfants.
Espace dédié à l’actualité, la page d’accueil du site propose aux internautes un agenda grand public et un agenda professionnel, des brèves sur l’actualité du CHU et de ses partenaires renouvelées chaque semaine qui côtoient des enquêtes de fond sur les innovations, les pratiques et les initiatives propres à l’établissement.
Dans les prochaines semaines, de nouvelles rubriques viendront enrichir le site, un forum sera ouvert pour permettre aux internautes de s’exprimer sur des grandes thématiques de santé et d’ici janvier 2014, des liens seront faits avec le site de la Maternité Régionale Universitaire dans le cadre de la fusion des 2 établissements.
Par an, le site du CHU de Nancy enregistre 210 000 visites pour 400 000 pages vues.
Une page officielle Facebook « CHU de Nancy »
En choisissant de s’afficher sur le réseau social, le CHU de Nancy entend faciliter l’accès à l’information santé et développer sa visibilité auprès de nouveaux publics.
Il s’agit d’ouvrir une nouvelle porte à la démocratie sanitaire en relayant autrement les campagnes de santé publique, et en apportant une plus grande visibilité aux initiatives et actions de générosité destinées aux patients du CHU. En complément des nombreux autres réseaux de santé lorrains, ce nouvel outil contribue à améliorer l’information des citoyens sur la vie de leur territoire de santé.
Un QR code
Le CHU de Nancy se dote d’un QR code destiné à être apposé sur l’ensemble des supports de communication papier de l’établissement (affiche, flyer, plaquette, etc.), pour permettre aux détenteurs de smartphones de se connecter immédiatement au site Internet du CHU.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.