Nancy partenaire d’une enquête européenne sur le vécu des personnes obèses

Pour la 1re fois en Europe, parole est donnée, à une large échelle, aux personnes adultes (18 ans et plus) en surpoids ou obèses, à l’occasion des Journées européennes de l’obésité des 8 et 9 juin 2012. Le CHU de Nancy, l’Université de Lorraine, le CHU et l’Université de Liège lancent une grande enquête interrégionale sur le vécu du surpoids et de l’obésité. Les personnes concernées peuvent s’exprimer, via un questionnaire en ligne anonyme et gratuit sur la manière dont elles vivent « avec leurs kilos en trop »...

Pour la 1re fois en Europe, parole est donnée, à une large échelle, aux personnes adultes (18 ans et plus) en surpoids ou obèses, à l’occasion des Journées européennes de l’obésité des 8 et 9 juin 2012. Le CHU de Nancy, l’Université de Lorraine, le CHU et l’Université de Liège lancent une grande enquête interrégionale sur le vécu du surpoids et de l’obésité. Les personnes concernées peuvent s’exprimer, via un questionnaire en ligne anonyme et gratuit sur la manière dont elles vivent «avec leurs kilos en trop», leurs représentations, leurs valeurs, leurs besoins et leurs attentes.
Si les mécanismes biologiques de l’obésité sont de mieux en mieux cernés (prédisposition biologique génétique ou épigénétique et forte influence de l’environnement), on ne sait pas bien comment les personnes vivent et ressentent ce qui peut, dans certains cas, s’apparenter à une maladie. L’enquête a donc pour spécificité – et c’est son originalité – de replacer la personne au centre du questionnement : ce n’est pas la « maladie » qui intéresse les enquêteurs mais la « personne ».
L’étude mise en place successivement en Wallonie, en Lorraine et au Luxembourg, sera étendue ensuite dans les 3 pays jusqu’à fin septembre 2012. Objectif : récolter au moins 8000 réponses. Accessible depuis quelques jours, le site www.monavisadupoids.eu a déjà permis à 2000 personnes de compléter le questionnaire – 10 minutes environ suffisent pour y répondre. Les données collectées sont centralisées et analysées à Liège avec la collaboration des partenaires luxembourgeois et français.
L’analyse des résultats aboutira en janvier 2013 à des recommandations adressées aux acteurs publics en matière de prévention, de prise en charge et de lutte contre la stigmatisation de la personne obèse. Une participation la plus large possible apportera des résultats riches en enseignements pour une meilleure compréhension de cette pathologie complexe et évolutive qu’est l’obésité.
Considérés comme un problème majeur de santé publique, le surpoids et l’obésité touchent une personne sur deux dans les pays occidentaux, le nombre de cas ayant doublé en 30 ans. La Grande Région Est n’échappe pas à cette réalité puisqu’en moyenne 33 % de sa population adulte est en surpoids et un peu plus de 15 % est considérée comme obèse. La situation est également alarmante chez les adolescents (15 à 25% d’entre eux sont en surpoids ou obèses).
Ce projet est mené dans le cadre du programme européen INTERREG IV A Grande Région qui associe des partenaires des 3 régions concernées. Au-delà de l’enquête, ce programme porte la mise en place d’un réseau entre universités, services de recherche, services hospitaliers, associations de professionnels de santé et associations de patients. Le Collectif national des associations d’obèses (CNAO), agréé par le ministère de la santé français, est l’un des partenaires associatifs de l’enquête : il en assure la promotion auprès des associations françaises et du grand public et participera également à l’analyse des données.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.