Le CHU de Nantes, l’INSERM et l’EFS se réengagent pour la promotion de biothérapies innovantes

Les trois partenaires ont signé une nouvelle convention, le 6 décembre 2016, pour reconduire leur engagement au sein du Conseil de gouvernance d'Atlantic Bio GMP.
Les trois partenaires ont signé une nouvelle convention le 6 décembre 2016 pour reconduire leur engagement au sein du Conseil de gouvernance d’Atlantic Bio GMP.
Impliqué depuis 2011 aux côtés d’équipes de recherche françaises et européennes, Atlantic Bio GMP est le premier établissement pharmaceutique de statut public en France pour la production de médicaments de thérapie innovante (MTI).  Son objectif : offrir aux équipes de recherche des MTI destinés aux essais cliniques de phases 1 (essais de tolérance) et 2 (essais d’efficacité). L’enjeu tant ainsi d’obtenir rapidement la preuve du concept thérapeutique de ces médicaments pour permettre leur utilisation chez l’homme.
Promouvoir les biothérapies dans les Pays de la Loire
Depuis l’ouverture d’Atlantic Bio GMP en 2009, le CHU de Nantes, l’Inserm et l’Etablissement français du sang (EFS) unissent leurs efforts dans le but de promouvoir les biothérapies sur le territoire des Pays de la Loire en soutenant notamment le développement de la structure. 
Les vecteurs viraux et les produits de thérapie cellulaire réalisés par Atlantic Bio GMP sont destinés à être utilisés pour le traitement de maladies aujourd’hui incurables : pathologies de la rétine (Amaurose de Leber, Achromatopsie…), insuffisance cardiaque, ainsi que dans le traitement de l’infarctus du myocarde. Atlantic Bio GMP intervient d’un bout à l’autre du cycle de production des MTI et assiste les équipes de recherche tout au long de leur projet.
Une extension prévue en 2017
Atlantic Bio GMP dispose aujourd’hui de trois suites de production totalement indépendantes : 2 d’entre elles sont utilisées pour la production de vecteurs viraux (thérapie génique) et la troisième, dédiée à la thérapie cellulaire, est divisée en 3 salles permettant de mener 3 projets différents en parallèle. 
Afin d’étendre ses activités de thérapie cellulaire, Atlantic Bio GMP a lancé un projet d’extension de ses locaux, qui verra le jour courant 2017 et permettra à la région Pays de la Loire de disposer de la première plate-forme française de thérapie cellulaire conventionnelle. Nantes Métropole, la Région Pays de la Loire et le FEDER ont participé au financement de cette extension aux côtés de l’EFS. 
Un réseau de plateformes de la recherche préclinique à la clinique
Le site de Nantes dispose ainsi d’une véritable filière en biothérapie grâce à son réseau de plateformes universitaires et hospitalières allant de la recherche préclinique, à la recherche clinique (Centre d’investigation clinique en biothérapie), jusqu’à la production en routine de MTI avec Altlantic Bio GMP.
De son côté, premier fournisseur en France de cellules et de tissus destinés à la greffe, l’Etablissement français du sang est également le premier producteur de médicaments de thérapie innovante pour les essais cliniques de phases 1 et 2 au niveau national. L’EFS a créé à cet effet un établissement pharmaceutique intégré, composé de plateformes de production et de contrôle de MTI, dont Atlantic Bio GMP est le fer de lance.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.