Le CHU de Nice classé 12e au palmarès du Point

Cité dans 43 spécialités, le CHU de Nice conserve sa 12ème place au palmarès annuel des 50 meilleurs hôpitaux français publié par le Point, jeudi 16 juin 2011.

Cité dans 43 spécialités, le CHU de Nice conserve sa 12ème place au palmarès annuel des 50 meilleurs hôpitaux français publié par le Point, jeudi 16 juin 2011.
Pour établir ce classement dans la plus grande indépendance, le Point a analysé la prise en charge de soixante-trois spécialités médicales et chirurgicales dans 800 hôpitaux publics.

Le CHU de Nice est reconnu dans ses activités d’excellence

Chirurgie de l’épaule (1er) ; chirurgie du canal carpien (2e) ; chirurgie de l’obésité, vésicule biliaire (3e) ; chirurgie esthétique (4e) ; hernies de l’abdomen (6e) ; chirurgie de la colonne vertébrale (10e)

D’autres spécialités médicales sont bien notées 

 
AVC (12e) ; proctologie, urgences de la main, calculs urinaires, sclérose en plaques, amygdales et végétations (13e) ; neurochirurgie, chirurgie du côlon et de l’intestin, chirurgie du ronflement (14e) ; épilepsie (15e) ; rétine (16e) ; hépatites virales (17e) ; chirurgie des tumeurs osseuses, appendicite, cancer de la peau, maladies infectieuses et du voyageur, anévrisme cérébral (18e) ; cancer du poumon, prothèse du genou (21e) foie/pancréas, estomac et œsophage, chirurgie des artères (22e) ; varices (23e) urgences traumatologiques, pneumologie (24e) ; rhumatologie (26e) ; endocrinologie (28e) ; traumatologie du genou (29e) ; prothèse de hanche (30e) leucémie (31e) ;  chirurgie du rectum, cancer de la prostate (32e) ; cataracte, diabète (45e), cancers gynécologiques (46e) ; adénome de la prostate (48e).

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.