Le CHU de Nice 16e au Palmarès 2013 – Le Point

En 16e position au classement du Point, le CHU de Nice confirme sa place dans le peloton des meilleurs établissements publics mais il perd 6 places par rapport à 2012. Explications...

16e au palmarès du Point paru le 22 août, le CHU de Nice reste dans le tiers de tête des 50 meilleurs hôpitaux Français parmi 600 mais perd 6 places par rapport à 2012.
Le classement repose sur l’analyse de 63 spécialités médicales et chirurgicales. Il concerne principalement des données d’activités de 2011, année qui pour le CHU a correspondu a un certain nombre de déplacements de services et de réduction d’accessibilité consécutifs au chantier croissant de Pasteur 2.
La complexité méthodologique qui prend en compte des critères relatifs rend difficile l’analyse et la comparaison des résultats d’une année sur l’autre d’autant que certaines spécialités retenues en 2012 ont disparu comme la chirurgie du ronflement ou la chirurgie esthétique quand d’autres sont introduites pour la première fois comme la chirurgie de l’audition et la chirurgie du nez et des sinus.  Par ailleurs, la création d’activités séparées tels les Hôpitaux Pédiatriques de Nice (2010) et l’Institut Universitaire de la Face et du Cou (2011) ont également une incidence sur le classement général du CHU.
Mais il important de considérer une période plus longue pour porter une évaluation de la place du CHU de Nice.  Ainsi, sur 6 ans (classements 2008 à 2013, correspondant aux données 2006 à 2011),  le CHU se situe toujours entre la 16e et la 8e place, avec des variations selon les années.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.