Galettes pour seniors dénutris disponibles en pharmacie

Issues de la recherche clinique menée au CHU et à l’Université de Nice, les galettes hyperprotidiques et hyperénergétiques (dont les 33 mineurs chiliens retenus dans la mine de San José en septembre 2010 ont bénéficié pour lutter contre la dénutrition) sont désormais en vente en pharmacie.

Issues de la recherche clinique menée au CHU et à l’Université de Nice, les galettes hyperprotidiques et hyperénergétiques qui ont aidé les 33 mineurs chiliens retenus dans la mine de San José en septembre 2010 à lutter contre la dénutrition sont désormais en vente en pharmacie. Initialement conçues pour les personnes ayant des difficultés à mastiquer, ces petites galettes plaisent aux malades et seniors dénutris. Plusieurs études cliniques montrent qu’elles sont particulièrement appréciées des personnes souffrant de maladie d’Alzheimer, de cancer et d’anorexie. L’innovation Protibis a été récompensée 8 fois !
Déjà utilisées en hôpitaux et maisons de retraite, les galettes Protibis sont aujourd’hui proposées aux ainés et malades dénutris à domicile qui peuvent acheter une boîte de 24 galettes en pharmacie pour un prix moyen de 5,90€ la boîte.
Liens d’intérêt
Le CHU de nice est co-propriétaire du brevet dont la licence a été accordé à Solidages propriétaire de la marque déposée Protibis.
L’inventeur du brevet (WO2088-093005) est le professeur Isabelle Prêcheur odontologiste au CHU de Nice.
Ni le CHU de Nice, ni RESEAU CHU n’ont reçu de financement pour diffuser cette information.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.