Le CHU de Nice réalise la 1re étude d’impact économique global

CHU NICE (Alpes-Maritimes), le 13 janvier 2014. Le CHU de Nice a mené une étude d’impact économique avec l’observatoire économique Sirius de la Chambre de Commerce et d’Industrie Nice Côte d’Azur, qui en maitrise la méthodologie. C’est la première fois qu’un Etablissement de santé entreprend une telle étude en France.rn

L’objectif de cette investigation est de «  déterminer le poids économique et social d’un établissement comme le CHU de Nice sur son environnement et d’apporter des éléments de connaissance supplémentaires utilisables en politique générale. C’est aussi un moyen de sensibiliser  la population, les entreprises et les média au rôle majeur du CHU de Nice dans l’économie locale.
On connaît les investissements ou dépenses directs, et on entend généralement que la santé « coûte ». Mais on oublie qu’elle crée de l’activité et des emplois dans le secteur privé » rappelle Martine Rajzman, Directrice de la Communication.
Ce travail a duré 18 mois et a inclus des enquêtes auprès des patients, des patients étrangers, des étudiants, des médecins organisateurs de congrès ou formations  de dimension nationale ou internationale à Nice.
Cette étude très fouillée et intéressante, fait ressortir la place majeure du CHU à Nice  comme acteur économique de Nice et des Alpes-Maritimes en général.
Alors même qu’il dispose d’un budget de 570 millions d’euros et emploie près de  8 000 salariés, il génère  1,456 milliard d’euros dans l’économie locale ainsi que 16 397  emplois ETP en impact global (impact direct+impact indirect + impact induit).
Pour la CCI côte d’Azur, qui avait déjà réalisé des études similaires dans d’autres secteurs d’activité,  les résultats permettent d’asseoir des politiques de développement régional et confirment que les activités de santé jouent un rôle dans l\’investissement local et dans la qualité de vie.  Elles contribuent au  développement économique  et à l’attractivité du territoire.
Le pilotage de cette étude a été assuré par la Directrice de la Communication, Martine Rajzman et la Directrice des Finances, Bénédicte Soilly du CHU de Nice.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.