Nîmes devient CNR-Laboratoire expert pour la brucellose

Spécialiste de la Brucella, la bactérie à l'origine de cette maladie infectieuse, le service de Microbiologie du CHU de Nîmes vient d’être labellisé Centre national de référence (CNR)-Laboratoire expert.

Spécialiste de la Brucella, la bactérie à l’origine de cette maladie infectieuse, le service de Microbiologie du CHU de Nîmes vient d’être labellisé Centre national de référence (CNR)-Laboratoire expert.
«C’est une belle reconnaissance du travail accompli depuis de très nombreuses années sur cette bactérie dans notre laboratoire de recherche Inserm», s’est félicité le Pr Jean-Philippe Lavigne, chef du service de Microbiologie du CHU de Nîmes. «Cela donne une lisibilité nationale et internationale à tout le travail fondamental entrepris», souligne le Dr David O’Callaghan, directeur de recherche à l’Inserm U1047 à Nîmes et co-responsable du CNR.
Une maladie encore endémique dans certains pays
Cette pathologie, transmissible par l’animal (bovins, caprins, ovins) à l’homme,demeure endémique dans plusieurs pays méditerranéens, au Moyen-Orient, en Asie du Sud-Est, en Afrique et en Amérique centrale et du Sud 
La brucellose est devenue rare dans les pays ayant instauré une politique d’éradication de la maladie chez les bovidés. Toutefois, en France, une quarantaine de cas sont déclarés chaque année. Ils sont majoritairement dus à la bactérie Brucella melitensis et sont isolés chez des patients revenant de pays endémiques pour la bactérie ou de contaminations de personnels de laboratoire.
Une arme potentielle de bioterrorisme
Les manifestations cliniques de la brucellose sont variables et souvent non spécifiques, simulant des maladies infectieuses et non infectieuses. La brucellose se manifeste essentiellement par la fièvre de Malte lors de sa phase aiguë. Des atteintes ostéo-articulaires sont majoritairement observées lors de complications localisées.
La brucellose humaine est rarement mortelle mais la bactérie représente une arme potentielle de bioterrorisme. Ainsi, la brucellose, même si elle est devenue rare, ne doit pas être négligée. Son traitement doit associer deux antibiotiques actifs pendant une période minimale de six semaines.
Une mission de recherche, développement de diagnostics et surveillance épidémiologie
En tant que Centre national de référence (CNR)-Laboratoire, le CHU de Nîmes apporte une expertise microbiologique notamment à travers le développement de nouvelles techniques de diagnostic de la maladie. Il collabore à la surveillance épidémiologique, en lien avec Santé publique France, donnant l’alerte en signalant tout événement inhabituel, tel que l’augmentation du nombre de cas ou l’introduction de souches habituellement non présentes en France.
En collaboration avec le Laboratoire national de référence (LNR) à Maison-Alfort, qui est également laboratoire européen de référence de la brucellose animale, le CNR coordonne ainsi la surveillance et le contrôle de la brucellose humaine et animale. Il contribue en outre aux travaux du réseau national des laboratoires Biotox (le guide biotoxicologique pour les médecins du travail) en participant à la collection nationale de souches des agents de la menace pour la biodéfense.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.