Nouveau centre pluridisciplinaire de simulation médicale à Nîmes

Le campus hospitalo-universitaire nîmois devient un centre d’excellence de la simulation en santé Université Hôpital (SIMUH) pluridisciplinaire et multi-techniques ouvert à l’ensemble de la communauté médicale et paramédicale, étudiants ou praticiens selon la volonté de ses fondateurs, le CHU de Nîmes et la faculté de médecine Montpellier-Nîmes.

Le campus hospitalo-universitaire nîmois devient un centre d’excellence de la simulation en santé Université Hôpital  (SIMUH) pluridisciplinaire et multi-techniques ouvert à l’ensemble de la communauté médicale  et paramédicale,  étudiants ou praticiens selon la volonté de ses fondateurs, le CHU de Nîmes et la faculté de médecine Montpellier-Nîmes.
Coordonné par le Professeur Michel Prudhomme, chef du département de chirurgie digestive et le Professeur Jacques Ripart chef du département d’anesthésie-douleur, le centre intègre sur 400m2 l’ensemble de spécialités médico-chirurgicales : urgences, pédiatrie, anesthésie-réanimation, gynécologie obstétrique, ORL, digestif, urologie, gastro-entérologie et devient un centre de référence dans la simulation pour les professions de santé en France.
La simulation est l’avenir de la formation médicale, pratiquée communément aux Etats Unis depuis 15 ans, elle fait actuellement l’objet d’un développement important en France. Dans ce cadre la Haute Autorité de Santé (HAS) a émis des règles de structure et d’organisation que le CHU de Nîmes et la Faculté de Médecine ont respectées.
Le centre nîmois regroupe toutes les disciplines enseignées et toutes les techniques disponibles : jeux de rôles,  modèles inertes (anatomie, modèles artificiels), simulateurs vidéo 3D (chirurgie laparoscopique, endoscopie, echographie) et simulation procédurale (échographique, chirurgie laparoscopique,  ponction veineuse échoguidée) pour l’apprentissage de gestes. Le SIMUH dispose aussi de mannequins « HiFi » interactifs pour situations de crises complexes, ainsi que d’une plateforme de chirurgie robotique de pointe.
« Jamais la première fois sur le patient ». Selon l’HAS,  les activités d’analyse de pratiques par simulation peuvent être d’un apport majeur en matière de formation initiale comme de développement professionnel continu. Grâce à elles, l’équipe médicale et paramédicale teste son organisation et ses prises de décisions avec un réalisme surprenant ; un partage d’expérience qui renforce la communication et la coordination des praticiens 
Le CHU de Nîmes ambitionne de développer le SIMUH de manière à simuler totalement le quotidien hospitalier. Ce déploiement pourra se faire en partie grâce au mécénat. Le CHU cherche actuellement des partenaires qui partagent ses valeurs et  qui souhaitent s’engager dans l’avenir de la formation médicale et la prévention des risques.
« Les enjeux sont multiples : sécurisation des soins, enseignement des techniques de base jusqu’aux techniques de pointe comme sur le robot chirurgical, et aussi enjeux de partenariat entre bien sûr l’Hôpital et l’Université mais aussi entre le CHU et les Partenaires Industriels, c’est pourquoi nous mettons tout en œuvre pour le développement  du centre de simulation nîmois. » conclut Nicolas Best Directeur général adjoint au CHU de Nîmes.
Une démonstration de simulation de complication aigüe au bloc opératoire sur mannequin « Haute fidélité » a été projetée au Salon de la Santé et de l’Autonomie. A découvrir en ligne sur les sites http://www.pratis.tv et www.salons-sante-autonomie.com

À propos du CHU de Nîmes : Carémeau a 10 ans
Le CHU de Nîmes dispense des soins de la plus haute qualité à tous ses patients. Il est en mesure de répondre au mieux aux attentes des malades en optimisant leur parcours de soins. Cette amélioration passe par la diminution de la durée de leur séjour à l’hôpital, le raccourcissement des délais d’attente aux urgences, l’extension la médecine ambulatoire et les alternatives à l’hospitalisation.
Fort de ses finances saines, le CHU de Nîmes s’est lancé en 2007 dans un vaste programme de développement et d’innovation comprenant, l’acquisition de matériel de pointe, la construction d’un centre de cancérologie, le déploiement d’un centre de simulation médicale et l’essor de l’hôpital numérique.
L’hôpital se consacre aussi à la recherche. Ses structures dédiées enregistrent plus de 1 200 publications scientifiques .
Aujourd’hui, le CHU compte plus 5 000 collaborateurs, ce qui fait de lui l’un des employeurs régionaux les plus importants. Il soigne plus de 129 000 patients par an et travaille en étroite collaboration avec la médecine de ville.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.