Le CHU de Nîmes, atout économique régional

Le CHU de Nîmes ne se contente pas d’injecter près de 140 millions d’euros d’achats annuels dans l’économie locorégionale. Avec plus de 5 000 collaborateurs, le CHU est le premier employeur du département du Gard. Et désormais il s’affirme comme un partenaire de premier plan pour les industriels en mettant à leur disposition ses plateformes technologiques et de recherche clinique. C’est ainsi que le CHU de Nîmes s'est présenté aux 80 chefs d’entreprise...

Le CHU de Nîmes ne se contente pas d’injecter près de 140 millions d’euros d’achats annuels dans l’économie locorégionale. Avec plus de 5 000 collaborateurs, le CHU est le premier employeur du département du Gard. Et désormais il s’affirme comme un partenaire de premier plan pour les industriels en mettant à leur disposition ses plateformes technologiques et de recherche clinique.
C’est ainsi que le CHU de Nîmes s’est présenté aux 80 chefs d’entreprise du dispositif médical, de la bio-informatique, des fournitures de service dans le domaine médical et paramédical qui assistaient vendredi 24 mai 2013 à une conférence organisée par Nîmes métropole. Fière de sa vitrine hospitalo-universitaire, l’agglomération nîmoise est prête à accueillir de nouveaux établissements  au sein du parc de biotechnologies situé à proximité du CHU.
Le CHU de Nîmes, partenaire des innovations industrielles en biotechnologie

Le CHU porte en lui une forte dynamique de coopération autour de trois axes
– Mise au point et réalisation de protocoles d’évaluation clinique de produits innovants en santé humaine (de la conception des plans expérimentaux aux  publications ou à l’enregistrement de produits innovants),

– Licensing, et coexploitation d’un portefeuille diversifié de brevets pris en protection des innovations des membres du corps médical du CHU dans le domaine des dispositifs médico–chirurgicaux ou de la prise en charge et de la réadaptation du handicap. Télécharger la plaquette
– Offre de plateformes technologiques de biologie (centre de ressources biologiques) et d’imagerie performantes pour des études particulières ou des dispositifs de plateforme centralisée dans le cadre de partenariats multicentriques.

En 2012, le CHU de Nîmes a conclu plus de 70 contrats de partenariats et de contrats cadres avec des industriels implantés en Languedoc-Roussillon. Il dispose d’un premier portefeuille de 20 brevets déposés seul ou en copropriétés, co-développés avec des industriels du même domaine. 144 projets de recherche en cours sont promus par le CHU de Nîmes dont une trentaine en collaboration avec des industriels dans le domaine du diagnostic in vitro et du dispositif médical.
Les partenariats couvrent les domaines cliniques de la rééducation fonctionnelle,  du vieillissement, du handicap ; de la bactériologie ; de la cancérologie ; Les axes forts sont l’évaluation des dispositifs médicaux (création  et développement d’un centre d’évaluation de dispositifs médicaux – handicap) et la plateforme de méthodologie bio statistiques et médico –économie.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.