Le CHU de Poitiers satisfait à la procédure d’accréditation

"Le Centre Hospitalier Universitaire de Poitiers a satisfait à la procédure d'accréditation". Telle est la conclusion de l'Agence Nationale d'Accréditation et d'Evaluation en Santé (ANAES).

« Le Centre Hospitalier Universitaire de Poitiers a satisfait à la procédure d’accréditation ». Telle est la conclusion de l’Agence Nationale d’Accréditation et d’Evaluation en Santé (ANAES).

Il faut retenir de cette accréditation les appréciations formulées par l’ANAES dans son rapport définitif. A savoir que le CHU a bien pris en compte les droits des malades, que la prise en charge du patient est optimisée et que la continuité des soins est assurée. A cet égard, il convient de souligner la véritable cohérence entre l’avis des experts-visiteurs et le travail d’évaluation effectué par les professionnels de l’établissement.

La procédure d’accréditation a engendré une forte mobilisation interne qui a eu un indéniable effet auprès des professionnels. Il est déjà temps de penser à la prochaine accréditation, prévue en 2006.

Selon les informations actuellement disponibles, celle-ci sera davantage orientée vers l’évaluation des pratiques professionnelles afin d’améliorer encore la qualité du service rendu au patient.

Afin de soutenir la démarche d’amélioration continue de la qualité le CHU de Poitiers est accrédité avec 5 recommandations. L’ANAES demande :
– de définir et mettre en oeuvre une stratégie cohérente d’archivage des dossiers du patient,
– de repenser le circuit d’évacuation des déchets,
– d’assurer le respect des bonnes pratiques de stérilisation ,
– d’assurer la généralisation des prescriptions écrites, identifiées, datées et signées,
– de définir et d’appliquer une politique de respect de la confidentialité dans l’établissement.

Depuis plus de 36 mois, notre établissement était engagé dans une procédure d’évaluation de ses activités par l’ANAES, autorité indépendante créée en 1996, dont la mission est d’accompagner les établissements dans leur réflexion et leurs actions d’amélioration de la qualité et de la sécurité des soins.

Les grandes étapes de l’accréditation du CHU de Poitiers

Septembre 2003 PHASE 12
Décision finale du collège d’accréditation de l’ANAES
Le CHU de Poitiers a satisfait à la procédure d’accréditation

Mars 2003 PHASE 11
Le CHU adresse à l’ANAES ses observations sur ce rapport

Février 2003 PHASE 10
Le CHU reçoit le rapport des experts concernant la visite ciblée.

Janvier 2003 PHASE 9
Visite ciblée

Novembre 2002 PHASE 8
Envoi de l’autoévaluation de la visite ciblée

Juin 2002 PHASE 7
Préparation avec l’ANAES de la visite ciblée

Décembre 2001 PHASE 6
Le CHU reçoit le rapport définitif du Collège de l’ANAES :
3 recommandations, 2 réserves

Mai 2001 PHASE 5
Le CHU adresse à l’ANAES ses observations relatives au rapport de Experts-visiteurs.

Avril 2001 PHASE 4
Le CHU reçoit le rapport des Experts-visiteurs.

Janvier 2001 PHASE 3
Visite des Experts-visiteurs au CHU.

Juillet – Novembre 2000 PHASE 2
Le CHU procède à son autoévaluation. 325 personnes ont participé à ces travaux

Juin 1999 PHASE 1
Demande d’engagement à l’ANAES.

Rappel des objectifs de l’Accréditation :

– L’appréciation de la qualité et de la sécurité des soins, qui constitue l’attente principale des patients vis-à-vis du système de santé,
– L’appréciation de la capacité de l’établissement à améliorer de façon continue la qualité des soins et la prise en charge globale du patient, grâce à la mise en oeuvre d’un système reconnu de gestion de la qualité,
– La formulation de recommandations explicites,
– L’implication des professionnels à tous les stades de la démarche qualité, afin qu’ils acceptent et s’approprient les changements,
– La reconnaissance externe de la qualité des soins dans les établissements de santé,
– L’amélioration continue de la confiance du public.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.