Le CHU de Rennes construit son hôpital femme-enfant

Le lundi 2 mai prochain, à 16 heures, à l'Hôpital-Sud, seront officiellement lancés les travaux de rénovation et d'extension du futur hôpital femme-enfant. Ce futur hôpital permettra le regroupement, sur un même site, de toutes les activités concourant à la prise en charge des femmes et des enfants.

Le lundi 2 mai prochain, à 16 heures, à l’Hôpital-Sud, seront officiellement lancés les travaux de rénovation et d’extension du futur hôpital femme-enfant. Ce futur hôpital permettra le regroupement, sur un même site, de toutes les activités concourant à la prise en charge des femmes et des enfants.

Il s’agit d’un projet architectural de 52 millions d’euros qui s’inscrit au plan national hôpital 2007. Il se décline en quatre points :
. la construction d’une première extension qui accueillera les urgences médicales et chirurgicales pédiatriques, la pharmacie, l’unité de nutrition et diététique pédiatrique, la procréation médicalement assistée ;
. la construction d’une deuxième extension pour accueillir le bloc obstétrical et l’hôtel de garde ;
. la rénovation et l’extension des unités existantes pour l’unité de grossesse à risques, le service de diagnostic anténatal, et la réanimation pédiatrique ;
. la rénovation pour les soins courants de néonatologie et les chambres mère-enfant.

A la fin des travaux en 2009, l’Hôpital-Sud aura augmenté ses surfaces d’accueil d’1/4 et surtout répondra aux objectifs fixés :
. disposer (en 2007) d’une maternité de niveau III avec des unités coordonnées (grossesses à risques, réanimation infantile, soins intensifs et soins courants de néonatologie) ;
. concourant à la prise en charge des femmes et des enfants.

A cette occasion, le CHU a décidé d’identifier ce futur hôpital femme enfant en le baptisant « Hôpital femme-enfant Anne de Bretagne ».

Pourquoi ce nom ?
Il fallait un nom en lien avec l’univers de la femme et de l’enfant qui portait les valeurs positives et ancrait l’hôpital dans sa ville et sa région. Parce qu’Anne de Bretagne a été duchesse de Bretagne mais aussi reine de France. Parce qu’elle a été placée au rang des femmes les plus illustres compte tenu de sa force d’âme avec laquelle elle supporta à la mort de son père les plus grands revers, de par son habileté dans la direction de son duché, de la protection qu’elle accorda aux arts, aux sciences et à toutes les entreprises utiles.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.