Le CHU de Rennes réalise la 100e intervention sans chirurgie sur valve mitrale

La première implantation de clip sur valve mitrale, dite Mitraclip®, a été réalisée le 8 octobre 2012 au CHU de Rennes. Le 14 mai, l’établissement est devenu le 1er centre français à célébrer sa 100e intervention.
La première implantation de clip sur valve mitrale, dite Mitraclip®, a été réalisée le 8 octobre 2012 au CHU de Rennes. Le 14 mai, l’établissement est devenu le premier centre français à célébrer sa 100e intervention.
Composante du cœur située entre l’oreillette et le ventricule gauche, la valve mitrale est un clapet, constitué de 2 feuillets, qui bloque normalement le retour de sang vers l’oreillette lors de la contraction du ventricule gauche. Une fuite importante de cette valve peut dilater et empêcher le fonctionnement normal du cœur, provoquant un essoufflement. C’est pour répondre à l’impossibilité d’un remplacement chirurgical de la valve chez des patients trop fragiles pour supporter une opération à « à cœur ouvert » qu’un nouveau traitement a été mis au point : le Mitraclip®. 
Une technique mini-invasive. Au moyen d’une sorte d’agrafe, l’opération consiste à réunir les deux feuillets pour réduire l’importance de la fuite. Ce clip est positionné sans ouvrir le thorax, uniquement en passant par une veine au niveau du pli de l’aine : une opération peu invasive et un avantage indéniable en termes de récupération pour le patient. Il s’agit cependant d’une procédure longue et difficile, réalisée chez un patient sous anesthésie générale, et qui nécessite une équipe expérimentée incluant cardiologue interventionnel, chirurgien, échographiste, anesthésiste. 
Une expertise unique. Devant les résultats prometteurs des premières études, le CHU de Rennes s’est rapidement investi dans cette technique, devenant ainsi le 1er centre français en termes d’expérience. 
Depuis 2012, une centaine de patients ont ainsi pu être traités, avec des résultats très encourageants. Outre une réduction importante de leurs symptômes, ces derniers apprécient la simplicité des suites de l’intervention, avec un retour à domicile 48 heures après la procédure. Cette expérience est le fruit d’une expertise et de l’investissement de l’équipe médico-chirurgicale cardiologique du CHU de Rennes dans le traitement percutané des valves cardiaques (mitrale ou aortique).

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.