Le CHU de Rennes signe la \ »Charte Romain Jacob\ » handicap & soins

Signature commune CHU de Rennes – Groupe HSTV de la Charte Romain Jacob

rn
Dans le cadre de leur partenariat privilégié, le CHU de Rennes et le rngroupe Hospitalité Saint-Thomas de Villeneuve (HSTV), défenseurs des rnmêmes valeurs d’humanisme et de service public, améliorent et rncoordonnent leurs offres de soins respectives au service des personnes rnporteuses de handicap afin de fluidifier d’améliorer leur accès aux rnsoins. rn
rn
A l\’issue d\’un colloque Handicap et Soins, le CHU de Rennes rnet le Groupe HSTV ont signé le 8 janvier 2019  la Charte Romain Jacob rnsous le regard bienveillant et accompagnant de Monsieur Pascal rnJacob, Président de l’association Handidactique. L’objectif de rncette charte : fédérer l’ensemble des acteurs régionaux et nationaux rnautour de l’amélioration de l’accès aux soins et à la santé des rnpersonnes en situation de handicap.rn
rn
Cet engagement commun permet ainsi de lancer une nouvelle dynamique rnpartagée et de dégager les nouveaux axes d’actions en faveur des rnpersonnes handicapées.rn

L’amélioration de l’accès aux soins des personnes handicapées : rnobjectif 2019 du Comité mixte patients-professionnels de santé du CHU dern Rennes

rn
Pour le CHU de Rennes, la signature de la Charte Romain Jacob représente « un engagement fort pour améliorer l’accès aux soins des personnes en situation de handicap au sein de notre CHU » affirme Madame Anatole-Touzet, directrice générale. 

Nousrn ne devons laisser aucun patient de côté : c’est notre mission de rnservice public que de garantir à chacun une prise en charge en fonction rnde ses besoins.

Améliorer rnl’accompagnement, la visibilité et la coordination des prises en charge rnet de l’accueil, mieux former et sensibiliser les professionnels de rnsanté : tels sont les engagements de l’établissement pour les patients rnporteurs de handicap ! Dès 2018, le comité mixte patients-professionnelsrn de santé de l’établissement s’était saisi du sujet, en application de rnla charte du CHU sur le parcours patient (art. 10) : l’amélioration de rnl’accès aux soins des personnes handicapées est en effet l’objectif 2019rn des groupes de travail issus du comité. rn
rn
D’autres éléments de contexte ont également participé à la décision rntels que les indications du Guide HAS sur l’accueil et la prise en rncharge des personnes handicapées et l’intégration, dans le référentiel rnCertification V 2020, de la prise en charge des personnes en situation rnde handicap au sein de la thématique centrale des parcours patient. rn
rn
Le CHU entend donc conforter les actions existantes et en impulser dern nouvelles. Dans ce cadre, l’établissement a récemment participé à la rnréponse à un appel à projet régional sur des dispositifs de rnconsultations dédiées aux soins des personnes en situation complexe de rnhandicap (enfants et adultes) et organisera, en 2019 une semaine rnthématique « qualité et sécurité des soins » dédiée à la prise en chargern des personnes en situation de handicap afin de sensibiliser tous les rnprofessionnels sur cet enjeu. Le groupe de travail du comité mixte rnpatients-professionnels de santé proposera des actions sur l’adaptation rndes pratiques d’accueil et de soins des personnes handicapées. Enfin, larn mise en oeuvre de l’Agenda d’accessibilité programmé en application de rnla loi Handicap du 11 février 2005 (31 bâtiments concernés par la mise rnen accessibilité des locaux) sera poursuivie.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.