Le CHU de Saint-Etienne accrédité sans réserve

A la suite de la visite d'accréditation en juin et juillet 2003, l'Agence Nationale d'Accréditation et d'Evaluation en Santé (ANAES) vient de faire parvenir son rapport définitif à notre établissement. Le CHU de Saint-Etienne est accrédité sans réserve. Le rapport relève un ensemble de points forts et formule des recommandations pour conforter la dynamique qualité mise en oeuvre par l'établissement.

A la suite de la visite d’accréditation en juin et juillet 2003, l’Agence Nationale d’Accréditation et d’Evaluation en Santé (ANAES) vient de faire parvenir son rapport définitif à notre établissement. Le CHU de Saint-Etienne est accrédité sans réserve. Le rapport relève un ensemble de points forts et formule des recommandations pour conforter la dynamique qualité mise en oeuvre par l’établissement.

Parmi les points forts relevés on peut noter en particulier :
– La motivation des professionnels et leur souci de répondre aux besoins des patients ;
– L’implication des professionnels dans la démarche qualité (dans la réalisation des projets mais aussi par une bonne réactivité au quotidien qui a pu être appréciée lors de la visite) ;
– Le projet d’établissement en cours de mise en oeuvre, fruit d’une véritable démarche participative ;
– Les actions entreprises dans le domaine de la gestion des ressources humaines (gestion prévisionnelle des emplois et des compétences, dialogue social,…) et la communication ;
– L’organisation des vigilances sanitaires et l’engagement très fort dans la politique coordonnée de la maîtrise du risque infectieux.

L’ANAES assortit sa décision de recommandations qui constituent autant de pistes de réflexion à approfondir (elles avaient d’ailleurs déjà été identifiées et prises en compte par le CHU) :
– Généraliser les actions concernant la confidentialité, la signature des prescriptions médicales ainsi que la traçabilité de la réflexion « bénéfice-risque » et du consentement ;
– Mettre en oeuvre la restructuration de la fonction transport ;
– Mettre en oeuvre et évaluer des règles communes de fonctionnement des blocs opératoires ;
– Renforcer le programme de surveillance du risque infectieux et de bon usage des antibiotiques ainsi que la maîtrise des risques liés à la désinfection du matériel d’endoscopie.

Bien évidemment, la démarche qualité est une préoccupation permanente et l’accréditation ne constitue qu’un encouragement à poursuivre dans cette voie. Tout établissement accrédité doit d’ailleurs se préparer à renouveler la procédure car, comme c’est le cas pour le CHU de Saint-Etienne, elle n’est accordée au maximum que pour une durée de cinq ans.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.