Le CHU Dijon-Bourgogne en progression constante au palmarès du Point

Le CHU Dijon Bourgogne se hisse au 12e rang dans le très attendu palmarès 2016 des meilleurs hôpitaux de France ! Pour la 3e année consécutive, il progresse de 3 places, mieux que les années précédentes où le CHU occupait la 15e place en 2015, la 18e en 2014 et la 21e en 2013.
Le CHU Dijon Bourgogne se hisse au 12e rang dans le très attendu palmarès 2016 des meilleurs hôpitaux de France ! Pour la 3e année consécutive, le CHU progresse de 3 places,  mieux que les années précédentes où le CHU occupait la 15e place en 2015, la 18e en 2014 et la 21e en 2013.
L’établissement est classé dans 44 spécialités sur 66 : un excellent résultat pour l’institution ! Pour ce nouveau palmarès, le CHU Dijon Bourgogne voit son classement grimper dans 18 spécialités : Leucémie (+5 places, 2ème), Glaucome (+2 places, 2ème), Cataracte (+2 places, 4ème), Vésicule biliaire (+22 places, 10ème), Chirurgie des carotides (+7 places, 10ème), Traumatologie de la face (+6 places, 12ème), Diabète (+6 places, 12ème), Chirurgie du rachis (+8 places, 12e), Sclérose en Plaques (+1 place, 13ème), Cancers de la peau (+13 places, 13ème), Pneumologie (+8 places, 16ème), Chirurgie des artères (+5 places, 20ème), Cancer de la prostate (+25 places, 20ème), Chirurgie du nez et des sinus (+13 places, 21ème), Prothèse de la hanche (+14 places, 23ème), Chirurgie de la cheville (+1 place, 24ème), Neurochirurgie (+2 places, 26ème), et enfin Maladies hormonales (+9 places, 29ème).
A noter également, l’entrée du CHU dans plusieurs tableaux : Lymphome 3ème place, Glandes salivaires 24ème, Epilepsie 26ème, Cancer ORL 39ème, Hernies de l’abdomen 43ème, Appendicite 48ème.
Premier établissement de la région pour le traitement du cancer avec plusieurs milliers de patients suivis chaque année  et 1.700 actes chirurgicaux de cancérologie et près de 14.000 chimiothérapies en 2015 à son actif, le CHU Dijon Bourgogne figure au tableau d’honneur de plusieurs spécialités :
Leucémie 2ème, Lymphome 3ème, Cancer de la peau 13ème, Cancer de la thyroïde 18ème, Cancer de la prostate 20ème, Cancer du rein 23ème, Cancer du côlon ou des intestins 24ème, Cancer gynécologique 35ème, Cancer ORL 39ème.
Dans un communiqué en date du 25 août 2016, la direction rappelle que "Ces bons résultats sont vécus comme un hommage rendu aux professionnels de l’établissement qui consacrent leur énergie à la prise en charge optimale des patients".

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.