Le CHU informe les familles sur l’agitation chez le dément âgé.

La direction de la politique gérontologique du CHU de Limoges organise régulièrement auprès des personnels et aidants (familles ou proches) des réunions de formation et d'information, destinées à partager avec eux une culture gériatrique. Des cessions très appréciées de ces publics, venus nombreux participer à la réunion du 3 août sur « la démence chez les personnes âgées ».

La direction de la politique gérontologique du CHU de Limoges organise régulièrement auprès des personnels et aidants (familles ou proches) des réunions de formation et d’information, destinées à partager avec eux une culture gériatrique. Des cessions très appréciées de ces publics, venus nombreux participer à la réunion du 3 août sur « la démence chez les personnes âgées ».

« Dédramatiser »

La réunion d’information sur le thème de l’agitation chez le dément âgé a été organisée le 3 Août dernier sur le site de l’hôpital Dr Chastaingt. Une initiative émanant de professionnels dont l’implication en gérontologie est très forte, puisqu’il s’agit de Philippe Verger, directeur de la politique gérontologique du CHU, du Professeur Thierry Dantoine, du Dr Stephan Meyer, gériatre médecin coordonnateur, et de Sophie Léon, cadre supérieur de santé.

Les interventions du Dr Sophie Peyrichou, médecin responsable de l’unité de vie protégée d’Alzheimer, de Valérie Delaide, cadre de santé de l’unité de vie protégée d’Alzheimer, et de Céline Passerieux, psychomotricienne, ont ainsi permis d’aborder l’agitation du dément sous différentes facettes. Une approche qui a permis de dédramatiser cette situation souvent vécue douloureusement par les proches.

L’agitation fait en effet partie des troubles du comportement dits « positifs », observés dans certaines démences. Elle recouvre toute une série de comportements moteurs (attitudes, mouvements) ou verbaux (répétition de questions ou de mots) sans but évident ou raisons apparentes.

Privilégier les traitements non médicamenteux

La prise en charge de ce trouble comporte deux étapes préliminaires : l’analyse du trouble, puis la recherche d’une cause déclenchante (biologique ou psychologique…). Les traitements non médicamenteux, qui sont à préférer aux traitements médicamenteux consistent donc à agir sur l’environnement, à faire participer la personne démente à des activités et à communiquer avec elle. C’est justement au niveau de la communication que le travail de la psychomotricienne intervient, en stimulant tous les sens du patient dément afin de réduire son stress et son angoisse.

Les intervenants se sont donc appliqués à rappeler qu’il était impératif de respecter le sujet dément, de préserver la communication avec lui et d’être à son écoute, pour savoir dépister des signes de souffrances et satisfaire ses besoins d’affection et d’amour…. Il s’agit donc d’un travail de patience auquel doivent être associés les proches des patients.

Pour toutes ces raisons, la recherche sur la prise en charge et le vécu de la personne démente sont naturellement au coeur des actions de l’unité de vie protégée d’Alzheimer.

Le fort intérêt des familles présentes traduit par leur participation active aux échanges de cette journée, promet une nouvelle nombreuse assistance à la prochaine réunion d’information prévue le 24 octobre prochain sur le thème de « l’alimentation en institution (de 14h à 16h, à l’école d’aides soignants, hôpital Dr Chastaingt »).

Contact
Dr Stephan Meyer 05 55 05 69 35
Hôpital Dr Chastaingt – Rue Henri de Bournazel – 87042 Limoges cedex

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.