Le CHU préserve le jardin de la France

Du 1er au 8 avril 2009, le CHRU de Tours passe au vert et mobilise ses équipes autour de la semaine du développement durable : au programme un rendez-vous régional pour les hospitaliers le 1er avril et des stands itinérants pour sensibiliser personnels, patients et visiteurs.

Du 1er au 8 avril 2009, le CHRU de Tours passe au vert et mobilise ses équipes autour de la semaine du développement durable : au programme un rendez-vous régional pour les hospitaliers le 1er avril et des stands itinérants pour sensibiliser personnels, patients et visiteurs.

Remplir les missions de soins, d’enseignement, de recherche et d’innovation au coeur de la région tourangelle appelée aussi jardin de la France oblige l’acteur économique de premier plan qu’est le CHU à assumer un certain nombre de responsabilités en matière de développement durable.

Ainsi, tout en veillant à une prise en charge médicale optimale, le CHU de Tours s’est engagé dans une gestion rationnelle de ses dépenses énergétiques. Quelques exemples témoignent du souci d’économiser les ressources et de réduire la pollution : à la blanchisserie, la quantité d’eau utilisée par kilo de linge a diminué de près d’un tiers passant de 13,5 litres d’eau à 5,5 litres. Les chaudières à fuel ont été remplacées par des chaudières à gaz, permettant ainsi d’économiser 70 tonnes d’équivalent dioxyde de carbone pour 1000 kWh consommés par an. Les déchets sont recyclés, qu’ils s’agissent des déchets d’activités de soins à risque infectieux (DASRI) ou du papier de bureau, la collecte est organisée dans les services de soins et administratifs du CHRU.

Pour créer une dynamique autour d’initiatives régionales éco-responsables, le CHRU de Tours convie les établissements hospitaliers du Centre à une journée de réflexion sur le développement durable en milieu hospitalier. Le rencontre se déroulera le 1er avril de 8h45 à 17h00.

Du 2 au 8 avril, les stands développement durable sillonneront les différents sites hospitaliers pour sensibilisés personnels, patients et visiteurs à la démarche écologique du CHU.
Conçus de manière ludique, ces stands présenteront des actions concrètes réalisées dans le cadre de la politique de l’établissement de gestion optimale des ressources. Des vidéos, des posters, de la documentation seront à la disposition des visiteurs, qui pourront également réaliser des bilans carbone.

Le samedi 4 avril, le CHU participe à la journée grand public organisée par Tours Plus dans le jardin de la préfecture.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.