Le CHU recrute des soignants…et le fait savoir

Infirmiers, infirmiers de bloc opératoire, infirmiers anesthésistes, aides-soignants, masseurs kinésithérapeutes…les professions soignantes sont recherchées par tous les établissements de santé. Le CHU de Limoges a donc lancé cette semaine un plan de communication original. Un ensemble d’actions au niveau national qui valorisent et prouvent les possibilités de parcours de carrière et de conduite de projets de recherche paramédicale pour ses équipes.

Infirmiers, infirmiers de bloc opératoire, infirmiers anesthésistes, aides-soignants, masseurs kinésithérapeutes…les professions soignantes sont recherchées par tous les établissements de santé. Le CHU de Limoges a donc lancé cette semaine un plan de communication original. Un ensemble d’actions au niveau national qui valorisent et prouvent les possibilités de parcours de carrière et de conduite de projets de recherche paramédicale pour ses équipes.
La politique de formation continue et de promotion professionnelle est une réalité au CHU de Limoges. L’hôpital a donc décidé de donner la parole à ses soignants, qui en parlent finalement le mieux. Les exemples d’aides-soignants devenus infirmiers, puis infirmiers spécialisés (de bloc opératoire ou anesthésistes), puis cadres de santé,  ne sont pas rares. A l’occasion, ces témoignages rappellent le rôle « facilitant » des 8 écoles de formations paramédicales que gère l’établissement. L’accès et le financement à des formations (diplômes universitaires…) sont aussi régulièrement cités. De vrais arguments pour des professionnels qui ont des projets et veulent progresser. La variét des services du CHU est également un atout. Elle ouvre aux soignants davantage de perspectives que dans de plus petits établissements.

Enfin, la possibilité de recherche paramédicale est un autre élément différenciant pour l’exercice de ces métiers au CHU de Limoges. La direction générale et la coordination générale des soins ont structuré et soutenu très tôt cette activité. Ainsi, Limoges est le hôpital français à disposer d’un poste de cadre de santé coordonnateur des projets de recherche infirmière paramédicale (PHRI).

Grâce à ces points forts et au dynamisme des équipes, 3 PHRI limousins ont été retenus au niveau national. Les soignants sont unanimes : cette recherche est une reconnaissance et une valorisation de leur profession. Elle permet à ses acteurs de faire « le pas de côté », et de penser autrement le soin pour le parfaire.
Côté support, le CHU de Limoges a conçu un média plan conséquent et original. Elaboré par la communication avec la direction générale, la coordination générale des soins et les ressources humaines, il a aussi été présenté aux organisations syndicales.
Bien sûr, des affiches sont adressées dans les instituts de formation, et des annonces ont été publiées dans une presse métier très ciblée. Mais trois grands types d’actions distinguent cette campagne :
– le choix de créer et mettre au cœur du dispositif, un site web dédié au recrutement : www.lechudelimogesrecrute.fr . Ce site propose une galerie de témoignages vidéo de personnels de l’hôpital. Tous répondent aux questions de « Paul », futur soignant qui se renseigne sur le CHU de Limoges. Des clips enregistrés dans l’établissement ou des sites de la ville de Limoges : Zénith, Musée des Beaux Arts, Technopole Ester, Palais des sports …Un calendrier listant les événements « recrutement » et « recherche paramédicale » du CHU, un jeu, des supports « ludiques » à télécharger complètent l’arborescence. Un site qui s’adapte pour portables nouvelles générations et optimisé pour un référencement naturel. Les médias sociaux animent évidemment aussi le plan web : Facebook, twitter…
– la volonté d’aller à la rencontre des candidats. Une soirée recrutement sera organisée dans Limoges. Les candidats de Paris et d’Ile de France pourront retrouver soignants et responsables des ressources humaines du CHU sur le salon recrutement infirmier à Paris le 3 avril, et le même jour à la Maison du Limousin.
– un affichage sur 45 panneaux de 2m2 (Mupis de JC Decaux) prêté par le réseau municipal de la ville de Limoges relaiera aussi ces messages.
La mise en place de la réforme Licence-Master-Doctorat (LMD) entraîne cette année une sortie d’IFSI exceptionnellement fixée au mois de juillet. Une occasion particulière que veut saisir le CHU pour recruter les effectifs soignants adaptés aux besoins de la population et de l’activité de ses équipes.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.