Le CHU se compare aux autres

Le CHU de Caen connaît des difficultés financières dûes aux diminutions de son budget d'exploitation. Les tutelles considèrent que ses coûts de fonctionnement sont trop élevés comparés à ceux des autres CHU et aux hôpitaux de la région.

Le CHU de Caen connaît des difficultés financières dûes aux diminutions de son budget d’exploitation. Les tutelles considèrent que ses coûts de fonctionnement sont trop élevés comparés à ceux des autres C.H.U. et aux hôpitaux de la région.

La politique de redistribution des crédits, au profit des établissements moins bien dotés, a conduit le C.H.U. à faire des économies. Jusqu’ici insuffisantes, elles n’ont pas rééquilibré les comptes. Le cumul de déficits pourrait donc remettre en cause des activités de l’hôpital.

Toutefois, le budget du CHU n’a pas connu de diminution en 2002 et 2003. Par ailleurs, une action est entreprise auprès des pouvoirs publics, pour que la dotation budgétaire soit compatible avec le développement des activités médicales. Mais les efforts doivent se poursuivre, le CHU ayant la valeur du point « ISA » (mesure de la « productivité » hospitalière) la plus élevée de France.

Initiée par la Direction Générale, une étude approfondie des modes de fonctionnement de l’hôpital sera menée, pendant six mois, dans les secteurs administratif, technique, logistique, médical, soignant. L’équipe, en charge de ce travail, se compose d’Yves Lecornec, responsable de la mission, du Dr Jack Tartière, anesthésiste-réanimateur et d’Huguette Utéza, cadre infirmier et d’Olivia Desveaux, secrétaire. Elle doit identifier les secteurs dont le coût est élevé à Caen, choisir des C.H.U. de référence comparables au nôtre, et observer si leurs modes de fonctionnement sont adaptables à notre situation. Cette méthode dite du « benchmarking » compare aussi la qualité des prestations pour que les solutions retenues préservent la qualité des services et les conditions de travail.

Un comité de pilotage, composé de représentants médicaux, de cadres soignants et de la direction veille au déroulement de cette étude. La Commission Médicale d’Etablissement, le Comité Technique d’Etablissement et le Conseil d’Administration seront informés de l’avancement des travaux.

Yves LECORNEC
Directeur des Affaires Médicales et Financières
Responsable de la mission « Benchmarking »

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.