A la rentrée 2018, le nouvel Institut de Formation des Professions de Santé (IFPS) regroupera autour d’un projet pédagogique mutuel les étudiants des trois premières années de médecine et de pharmacie, ceux de maïeutique et les six instituts de formation paramédicale du CHU Grenoble Alpes : cadres de santé, infirmiers en soins généraux et spécialisés, kinésithérapeutes et manipulateurs en électroradiologie.

A la rentrée 2018, le nouvel Institut de Formation des Professions de Santé (IFPS)  regroupera autour d’un projet pédagogique mutuel les étudiants des trois premières années de médecine et de pharmacie, ceux de maïeutique et les six instituts de formation paramédicale du CHU Grenoble Alpes : cadres de santé, infirmiers en soins généraux et spécialisés, kinésithérapeutes et manipulateurs en électroradiologie. Ce programme immobilier représente un investissement de 31,35 M€.
Ce lundi 10 juillet 2017, une cérémonie pose de la première pierre s’est tenue sur le domaine universitaire de Grenoble, en compagnie des partenaires et des financeurs, notamment la Région Auvergne Rhône-Alpes. (22,75 M€ soit 87% du montant total).
Co-porté par l’Université Grenoble Alpes et le CHU Grenoble Alpes, l’IFPS fera figure de pionnier en France.  Il s’inscrira pleinement dans l’esprit de la réforme de l’enseignement supérieur à l’origine de l’universitarisation des professions de santé, essentiel pour répondre aux enjeux de la médecine de demain. 
« En tant que Directeur Général du CHU Grenoble Alpes, je ne peux que me réjouir de la construction d’un bâtiment dédié à la formation des professionnels de santé. Notre CHU est entré depuis l’an dernier dans une phase de mutation importante. Aussi, pour répondre aux défis qui nous attendent, nous devons pouvoir nous reposer sur des professionnels de santé ayant reçu la meilleure formation possible afin qu’ils puissent proposer à tous nos patients la meilleure prise en charge qui soit » explique Jacqueline Hubert, directeur général du CHU Grenoble Alpes. 
Le bâtiment durable accueillera 2 500 étudiants et personnels 
L’institut, édifié selon les concepts du développement durable et de la conception bioclimatique, a été dessiné par l’agence d’architecture Chabanne & Partenaires. Il accueillera, dès septembre 2018,  plus de 2 500 étudiants et personnels sur une surface de 9 600 m², répartis sur 4 niveaux.
Et Jacqueline Hubert de conclure : « En misant aujourd’hui sur la formation de nos futurs professionnels de santé, le CHUGA s’engage à renforcer encore ce niveau d’excellence locale et compte sur ses partenaires pour bâtir ensemble une médecine plus moderne, plus personnalisée, disposant des technologies de pointe et des dernières innovations ».

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.