Le CHUGA expert dans la greffe de rein «non compatible»

Pionnière en Auvergne Rhône Alpes, l’équipe de transplantation rénale du CHU Grenoble Alpes a mis en place depuis juin 2015 la technique très innovante de la "désimmunisation". Celle-ci permet une greffe de rein à des personnes initialement non-compatibles immunologiquement ou ayant des groupes sanguins incompatibles. Une trentaine de greffes rénales incompatibles ont ainsi été réalisées. Et les donneurs et les receveurs se portent bien.
Pionnière en Auvergne Rhône Alpes, l’équipe de transplantation rénale du CHU Grenoble Alpes a mis en place depuis juin 2015 la technique très innovante de la "désimmunisation". Celle-ci permet une greffe de rein à des personnes initialement non-compatibles immunologiquement ou ayant des groupes sanguins incompatibles. Une trentaine de greffes rénales incompatibles ont ainsi été réalisées. Et les donneurs et les receveurs se portent bien. 
Trois ans déjà que l’équipe de transplantation rénale du CHUGA rend possible l’impossible en travaillant sur cette innovation majeure permettant de rompre avec la fatalité de la non compatibilité des groupes sanguins entre donneur et receveur. En France, ces techniques ne sont en place que dans le tiers des centres de greffe rénale. La plus simple est celle qui consiste à s’affranchir de la barrière des groupes sanguins. En revanche la technique visant à s’affranchir des incompatibilités tissulaires (immunoadsorption) est beaucoup plus complexe et n’est disponible que dans quelques établissements dont le CHU Grenoble Alpes, 3e Centre le plus important en France pour les greffes de rein avec donneur vivant. 

15 000 personnes en attente de greffe rénale

A ce jour, 80 000 personnes en France se trouvent en insuffisance rénale terminale, c’est-à-dire pour qui leurs reins ne fonctionnent plus. Pour vivre ils ont besoin d’un traitement de suppléance : ce peut être la dialyse (hémodialyse ou dialyse péritonéale) ou la greffe rénale.   La qualité de vie des patients est bien meilleure quand ils sont greffés par rapport à ce qu’elle est en dialyse. Il y a environ 48 000 patients dialysés. Parmi ceux-ci 15 000 sont en attente de greffe rénale à partir de donneurs décédés. Mais chaque année il n’y aura qu’environ 3 500 greffes rénales ce qui ne cesse de faire progresser le délai d’attente médian pour une greffe. La seule façon de réduire le hiatus est de développer la greffe rénale à partir de donneurs vivants. En France, la loi de bioéthique permet à toute personne, y compris un ami, de donner de son vivant. Ainsi en 2015 15% des greffes rénales réalisées en France l’ont été à partir de donneurs vivants. Il faudrait que ce pourcentage soit de plus de 50% pour mieux répondre aux besoins. 

Contourner les incompatibilités

Dans certains cas le donneur est incompatible avec le receveur: l’incompatibilité peut porter sur les groupes sanguins ou sur les groupes tissulaires. En France, en cas d’incompatibilité c’est-à-dire en présence d’anticorps potentiellement très dangereux pour le greffon, le donneur est récusé. Néanmoins depuis quelques années certaines équipes de greffe rénale ont mis en place des traitements pour contourner cette incompatibilité : il s’agit de la désimmunisation. Une technique complexe utilisée dans seulement un tiers des établissements de santé réalisant des greffes. En pratique, dans le mois qui précède la greffe le receveur va bénéficier de séances d’aphérèse permettant de « nettoyer » son sang des anticorps potentiellement dangereux et dirigés contre son donneur en association à des immunosuppresseurs (« anti-rejet ») pour empêcher que ces anticorps ne réapparaissent. C’est grâce aux progrès récents des techniques d’aphérèse (immunoadsorption, double filtration plasmatique) que ces greffes incompatibles sont rendues possibles. 

152 greffes rénales réalisées en 2017 au CHUGA

«Nous souhaitons dans un futur proche faire bénéficier de la technique d’’immunoadsorption à des patients en attente de greffe rénale quasiment "ingreffable" sur le plan immunologique, et qui n’ont pas de donneurs vivants. Cette technqiue permettrait de les rendre compatible avec un donneur décédé», expliquent d’une même voix le PrLionel Rostaing et le Dr Paolo Malvezzi, néphrologues au CHU Grenoble Alpes. 
Grâce aux efforts conjugués des équipes de chirurgie urologique, d’anesthésie et réanimation et de néphrologie, le CHU Grenoble Alpes a réalisé 152 greffes rénales en 2017 dont une cinquantaine d’entre elles ont été faites à partir de donneurs vivants. 


Vidéo d’une transplantation rénale avec donneur vivant «non compatible» au bloc opératoire du CHUGA avec le Pr Jean-Jacques Rambeaud et le Dr Terrier

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.