Le CHUGA sensibilise au don d’organes

Jeudi 23 juin, le CHUGA a organisé une journée d'information et de sensibilisation grand public autour du don d'organes. L’équipe de coordination hospitalière CHU Grenoble Alpes a tenu un stand d’information sur le parvis de l’entrée Belledonne de l’hôpital Michallon. Toute la journée, les professionnels de la santé ont répondu aux questions essentielles concernant le don d’organes. Ils ont notamment pu expliquer aux visiteurs qu’en France, la loi indique que nous sommes tous donneurs d’organes et de tissus, sauf si, de notre vivant, nous avons exprimé notre refus de donner -soit en informant ses proches, soit en s’inscrivant sur le registre national des refus.

A l’occasion de la journée nationale du don d’organes, l’équipe de coordination hospitalière CHU Grenoble Alpes a tenu un stand d’information sur le parvis de l’entrée Belledonne de l’hôpital Michallon. Toute la journée, les professionnels de la santé ont répondu aux questions essentielles concernant le don d’organes. Ils ont notamment pu expliquer aux visiteurs qu’en France, la loi indique que nous sommes tous donneurs d’organes et de tissus, sauf si, de notre vivant, nous avons exprimé notre refus de donner -soit en informant ses proches, soit en s’inscrivant sur le registre national des refus. « Malheureusement, trop peu de personnes discutent du don d’organes avec leurs proches. Nous sommes aujourd’hui présents pour les inciter à franchir le pas et garder à l’esprit que les dons d’organes permettent de sauver des vies », confie Cyril Latarche, infirmier au sein de l’équipe de la coordination hospitalière. 
Le don d’organes de son vivant concerne essentiellement le rein. Il est en effet possible de vivre normalement avec un seul rein. Encadré par une loi, ce geste solidaire et non rémunéré est aujourd’hui possible pour l’ensemble de l’entourage d’un proche. Initialement, seul le cercle familial était autorisé à donner un rein. « Cette journée a pour vocation de sensibiliser le public à la nécessité du don d’organes. A Grenoble, on recense 502 personnes en attente d’un rein. C’est dire l’importance d’une journée d’information grand public comme celle-ci », explique le Docteur Marc Padilla, responsable de l’unité de Coordination des Prélèvements d’Organes et de Tissus au CHU Grenoble Alpes. « Sur le réseau de Grenoble, il y a entre 20 et 30 prélèvement d’organes chaque année. Le nombre est en légère hausse. On note aussi que le taux d’opposition est de 26 % environ alors qu’il s’élève à 31% environ au niveau national » ajoute le Docteur Padilla.  
Avec une moyenne de 200 transplantations par an, le CHU Grenoble Alpes est un acteur national important de la greffe d’organes. Les patients greffés sont originaires du bassin grenoblois, bien sûr, mais aussi de Savoie, Haute-Savoie et de la Drôme. En 2015, l’établissement de santé publique a réalisé pas moins de 187 greffes : 115 reins, 46 foies, 12 cœurs, 8 poumons et 6 îlots pancréatiques.
Le 28 juin, le CHU Grenoble Alpes animera un grand colloque autour de la journée de la transplantation. Au programme, des interventions de praticiens spécialistes, deux tables rondes et une conférence sur le thème « Religions monothéistes et prélèvements d’organes en situation de mort encéphalique ».

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.