Le CIC-IT de Besançon déjà en action

Labellisé en janvier 2008 par l'Inserm et la DHOS, le Centre d'Investigation Clinique en Innovations Technologiques du CHU de Besançon est déjà sollicité pour une quarantaine de projets et impliqué dans une dizaine d'entre eux, qui arrivent au stade des premiers essais chez l'homme. Spécialisé dans le domaine des microtechniques pour la santé, le CIC-IT s'inscrit naturellement dans le contexte scientifique, industriel et médical franc-comtois, ce qui explique son rapide succès.

Labellisé en janvier 2008 par l’Inserm et la DHOS, le Centre d’Investigation Clinique en Innovations Technologiques du CHU de Besançon est déjà sollicité pour une quarantaine de projets et impliqué dans une dizaine d’entre eux, qui arrivent au stade des premiers essais chez l’homme. Spécialisé dans le domaine des microtechniques pour la santé, le CIC-IT s’inscrit naturellement dans le contexte scientifique, industriel et médical franc-comtois, ce qui explique son rapide succès.

Il existe de très fortes convergences entre le CIC-IT, les laboratoires de recherche, les EPST (Inserm, CNRS), l’Université de Franche-Comté et ses composantes (Institut Femto-ST, IFR IBCT, école d’ingénieurs en biomédical (ISIFC),…), le monde industriel (pôle de compétitivité, Cluster des Technologies Innovantes en Santé, PME,…), le Centre de transfert technologique régional (Institut Pierre Vernier), l’EFS, les réseaux de santé, les associations de patients… : tous participent à une plateforme de collaboration dénommée « MicroTech-Santé » dont le but est d’accélérer la mise à disposition de nouveaux dispositifs médicaux tout en respectant, depuis l’expression du besoin jusqu’à la mise sur le marché, les étapes garantes de la qualité optimale.

Les travaux engagés par le CIC-IT et ses nombreux partenaires s’orientent notamment selon 4 axes majeurs
– les dispositifs pour l’investigation clinique,
– les techniques de suppléance,
– la qualification biologique,
– les méthodes thérapeutiques de précision.

Le CIC-IT vient compléter l’arsenal Recherche du CHU qui compte, entre autres, un CIC intégré en biothérapies, une tumorothèque, un registre des tumeurs…

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.