Le Conseil économique social et environnemental engage la société civile dans l’accompagnement de la campagne vaccinale contre la COVID-19

La commission temporaire et le collectif citoyen instaurés par le Conseil économique social et environnemental dans le cadre de la campagne vaccinale contre la COVID-19 ont initié leurs travaux fin janvier. Les premières recommandations seront rendues le 23 février.

La commission temporaire et le collectif citoyen instaurés par le Conseil économique social et environnemental dans le cadre de la campagne vaccinale contre la COVID-19 ont initié leurs travaux fin janvier. Les premières recommandations seront rendues le 23 février.
Sous l’égide du Premier Ministre, le Conseil économique social et environnemental (CESE) a lancé différents travaux pour collecter des données sur l’accompagnement de la campagne vaccinale, à travers la mise en place d’une commission temporaire, d’un collectif de citoyens et de la plateforme de consultation citoyenne vaccinationcovid.lecese.fr. Chacun de ses programmes a pour objectif de rassembler les préoccupations et interrogations de citoyens ainsi que de la société civile organisée.

La commission temporaire prépare son premier rapport

La commission temporaire chargée de proposer des recommandations au pouvoir exécutif et au Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale poursuit son travail d’auditions et de consultations des parties prenantes de la campagne. Ces parties pouvant avoir une responsabilité scientifique ou sanitaire, comme la HAS ou l’ARS ; ou une responsabilité logistique locale, tels que les collectivités.
La commission a également démarré une réflexion sur « l’accélération de la fabrication des vaccins et la question de la licence d’office, ainsi que sur les questions de logistique aval autrement dit de distribution ». Le 28 janvier, elle entendait à cet effet trois personnes:
– Laetitia Buffet, responsable de la Task force dédiée à la logistique de la campagne de vaccination.
– Gwladys Hure, chargée de la coordination de l’action de communication autour de la campagne vaccinale.
– Muriel Dahan, inspectrice à l’Inspection générale des affaires sociales Task force interministérielle vaccins et Responsable recherche et pharmacie, membre de l’Académie nationale de pharmacie.
Le 23 février prochain, la commission temporaire présentera son premier rapport avec des recommandations. Cette présentation se fera en assemblée plénière au CESE. Le comité procédera à des retours réguliers, afin d’informer le CESE sur l’avancement des travaux.

Les recommandations du collectif citoyen

Après son installation ce 16 janvier, le collectif citoyen a ouvert sa première session de travail, le jeudi 28 janvier. Avec une double ambition:
– comprendre les perceptions, compréhensions, préoccupations et aspirations des citoyens, vis-à-vis de la campagne vaccinale
– informer des citoyens sur cette campagne, à travers des auditions, afin de « nourrir leurs réflexions et recommandations futures ».
Le CESE souhaite renforcer les interactions entre la commission temporaire et les citoyens tirés au sort. Ce croisement d’opinions entre les organisations de la société civile et le collectif est considéré comme un enjeu crucial et évolutif de la campagne vaccinale.
Deux nouvelles sessions sont prévues au mois de février et de mars 2021. Ces deux prochaines réunions permettront de produire les recommandations pour la campagne grand public. Cette dernière est censée débuter courant avril.

Déjà 1200 contributions sur vaccinationcovid.lecese.fr

Le CESE a lancé cette plateforme afin de collecter les préoccupations, questionnements et attentes des citoyens. L’objectif est aussi de récolter des propositions concernant la campagne vaccinale. Cette collecte permettant de nourrir la commission temporaire.
Près de 1 200 contributions aux questionnaires ont déjà été déposées. Le CESE peut ainsi comprendre les raisons d’acceptation de la vaccination mais aussi l’opposition à cette campagne. Cette compréhension permettrait d’établir des solutions et des actions favorisant l’acceptabilité du vaccin.
Par ailleurs, plus d’une centaine de questions ont été posées sur la campagne. Des réponses sont apportées par le Conseil de la stratégie vaccinale ainsi que par le CESE. Plus de la moitié aurait déjà obtenu des réponses, rendues publiques sur le site du CESE.
Pour en savoir plus: https://www.lecese.fr/#

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.