Le contrat de performance de Strasbourg

Sur le point de revenir à l’équilibre budgétaire dès 2012, les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg fondent leur efficience sur des projets structurants comme le Nouvel Hôpital civil qui fut inauguré en 2009. Aujourd'hui, le CHU programme l'ouverture de l'Institut régional contre le cancer et du futur plateau médico-technique et locomoteur prévue pour 2018. Dans cette perspective, le contrat de performance signé avec l’Agence Régionale de Santé d’Alsace et l’ Agence Nationale d'Appui à la Performance des établissements de santé cible 4 axes d'amélioration pour 2013-2014...

Sur le point de revenir à l’équilibre budgétaire dès 2012, les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg fondent leur efficience sur des projets structurants comme le Nouvel Hôpital civil qui fut inauguré en 2009. Aujourd’hui, le CHU programme l’ouverture de l’Institut régional contre le cancer et du futur plateau médico-technique et locomoteur prévue pour 2018. Dans cette perspective, le contrat de performance signé avec l’Agence Régionale de Santé d’Alsace et l’ Agence Nationale d’Appui à la Performance des établissements de santé cible 4 axes d’amélioration pour 2013-2014 : la gouvernance et le pilotage opérationnel, le parcours patient, les blocs opératoires, les sites interventionnels et l’anesthésie et le soutien aux activités Hospitalo-Universitaires. Plus de 150 professionnels de santé ont déjà été mobilisés autour de ces priorités. Demain, ils contribueront à les faire vivre au sein des services.
Par ce Contrat de Performance, les trois parties signataires s’engagent sur des objectifs précis en cohérence avec le Projet d’établissement 2012-2017. Concernant la gouvernance et l’amélioration du pilotage opérationnel, le CHU de Strasbourg entend réduire la surprescription en précisant le rôle et les missions de chacun, en faisant participer tous les personnels à la vie de l’établissement et des pôles, et en permettant un engagement des directions fonctionnelles et des pôles prestataires sur une qualité de service.
Pour optimiser le parcours patient, les Hôpitaux Universitaires continueront à développer la chirurgie ambulatoire, l’hospitalisation de jour, à harmoniser les règles de fonctionnement entre les urgences et les
services d’hospitalisation…
Dans les blocs, la continuité des actions menées sera la règle avec l’amélioration du planning des programmes opératoires  et une répartition plus équitable des ressources en fonction de l’activité. Un pool de remplacement d’infirmières anesthésistes sera créé.
Par ailleurs, pour soutenir les activités Hospitalo-Universitaires, l’établissement devra anticiper les baisses de financement annoncées, mettre en place une structure de portage des projets de recherche. Il devra aussi contractualiser avec les pôles sur un objectif de recherche à 4 ans…
En parallèle, deux « projets pilote » ont été lancés l’un concernant les secrétariats médicaux  et notamment ceux du pôle locomoteur avec une volonté de réduire les heures supplémentaires et un turnover important… et de préparer le déménagement sur le futur plateau médico-technique et locomoteur qui regroupera trois sites en un.
L’autre portant sur les transports internes en ambulance de patients afin de mieux les intégrer au sein du parcours patient. Un enjeu fort en termes d’efficience économique compte tenu de l’importante externalisation des transports intersites, de l’amélioration de la qualité de la prise en charge et des conditions de travail qui découlerait d’une meilleure organisation et de son exemplarité potentielle vis-à-vis de la structuration de la relation «client-fournisseur».
Une démarche innovante : à Strasbourg, le contrat de performance s’appuie sur des structures collaboratives :
– un Comité d’Innovation réunissant des acteurs de l’établissement, parmi lesquels les participants aux groupes de travail, et des experts nationaux et internationaux,
– les actions de communication sous  forme de forums, de campagnes d’affichage….
– l’encadrement par une structure interne à l’ établissement dédiée à l’accompagnement des équipes dans leur projet de réorganisation : la Cellule d’Appui aux Organisations.
Plus de 150 professionnels : médecins, soignants, directeurs, personnels techniques et administratifs se sont engagés dans un processus qui a duré 6 mois et qui se prolongera sur une période de 18 mois à compter du mois de janvier 2013. La démarche comprenait une phase d’identification des enjeux clés sur la base d’entretiens avec les acteurs stratégiques de l’établissement : le Président du Conseil de Surveillance, les Président et Vice-Président de la Commission Médicale d’Etablissement, le Directeur Général, toutes les directions fonctionnelles et les chefs de pôle, les cadres supérieurs de pôle, les conseillers de gestion et directeurs délégués de l’ensemble de l’établissement, le Vice-Président de l’URML -Alsace…
De nombreuses analyses qualitatives et quantitatives ont également servi de support pour
élaborer ce premier diagnostic. Ce travail s’est poursuivi par l’élaboration d’un diagnostic détaillé et la définition des 4 projets prioritaires et enfin par la contractualisation tripartite entre l’établissement, l’ARS et l’ANAP débouchant sur la signature du contrat performance
Créer une dynamique autour du Contrat de Performance
Ce Contrat Performance bénéficie du soutien de l’Institution et s’appuie sur une démarche participative, et une forte implication et adhésion des différents corps de métier.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.