Le corps et son image : questions éthiques

La 5e journée d'éthique, organisée par le groupe nantais d'éthique dans le domaine de la santé (GNEDS) et le Conseil départemental de l'Ordre des médecins de Loire-Atlantique, se tiendra le samedi 19 janvier 2008 à la faculté de médecine de Nantes.

La 5e journée d’éthique, organisée par le groupe nantais d’éthique dans le domaine de la santé (GNEDS) et le Conseil départemental de l’Ordre des médecins de Loire-Atlantique, se tiendra le samedi 19 janvier 2008 à la faculté de médecine de Nantes.

Corps parfait, corps défait : entre rêves et réalité ?
Des questions éthiques fondamentales se posent aux différents âges de la vie sur l’image que nous avons de notre corps et celle dont nous rêvons.
Faut-il accepter la réalité telle qu’elle est ou la changer vers un idéal rêvé ? Cet idéal ne nous est-il pas imposé par les autres ? Par une société où le corps a pris une importance considérable ? Les modifications infligées au corps ne sont-elles pas un conformisme à des normes imposées par la société ? Les outrages du temps, l’image de la dégradation que nous avons de nous même ou que les autres nous renvoient n’altèrent-ils pas cette dignité si souvent revendiquée et en même temps bafouée ?

Le rêve du corps parfait
Lors d’une première table ronde, biologistes de la reproduction, pédopsychiatres, chirurgiens infantiles et Maël Lemoine, philosophe, échangeront sur le thème de l’enfant à naître entre diagnostic prénatal et interventions périnatales.

La seconde table ronde traitera du corps rêvé et parfois refusé de l’adolescent et de l’adulte à travers le culte du corps et de la performance, des dysmorphophobies, de l’anorexie mentale, de l’obésité et du regard de la société.

Corps défait – corps refait
Le professeur Bernard Devauchelle, chirurgien plastique au CHU d’Amiens, qui a effectué la 1re greffe de visage, des professionnels du CHU de Nantes, du CH de Saint-Nazaire et de la clinique Jules Verne, Jacques Ricot, philosophe, débattront sur la chirurgie plastique et réparatrice, sur l’image du corps dégradé, sur l’adulte handicapé et sur les prothèses et artifices techniques.

Cette manifestation accueillera près de 150 professionnels de santé de Loire-Atlantique. Cette année, le grand public est également convié à cette journée qui se déroulera à l’amphithéâtre n°8 de la faculté de médecine le 19 janvier prochain de 9 h à 17 h. Entrée libre et gratuite. Le programme est disponible sur le site du CHU : www.chu-nantes.fr (rubrique actualités).

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.