Le Cyclotron de l’AP-HP, un plus pour 68 000 patients d’Ile de France

Inauguré le 24 novembre 2009, le cyclotron de l'AP-HP apporte une nouvelle garantie dans la prise en charge des 68 000 patients souffrant de cancer et soignés à l'AP-HP, soit un tiers des patients d'Ile-de-France. En sécurisant et fluidifiant l'approvisionnement des TEP (Tomographie par Emissions de Positons) de la région parisienne, cet équipement va assurer la continuité des examens d'imagerie des malades avec des traceurs à courte durée de vie. Le cyclotron témoigne de la volonté de l'AP-HP d'améliorer tout à la fois les soins et la recherche en cancérologie, dans l'esprit du nouveau plan cancer national 2009-2013.

Inauguré le 24 novembre 2009, le cyclotron de l’AP-HP apporte une nouvelle garantie dans la prise en charge des 68 000 patients souffrant de cancer et soignés à l’AP-HP, soit un tiers des patients d’Ile-de-France. En sécurisant et fluidifiant l’approvisionnement des TEP (Tomographie par Emissions de Positons) de la région parisienne, cet équipement va assurer la continuité des examens d’imagerie des malades avec des traceurs à courte durée de vie. Le cyclotron témoigne de la volonté de l’AP-HP d’améliorer tout à la fois les soins et la recherche en cancérologie, dans l’esprit du nouveau plan cancer national 2009-2013.

Le cyclotron est un accélérateur de particules, qui permet de produire des molécules à courte durée de vie, destinées à faire fonctionner les caméras TEP. La tomographie par émission de positons (TEP) est un examen d’imagerie médicale essentiellement utilisé en cancérologie, qui a permis d’améliorer fortement les diagnostics et les traitements. L’AP-HP est équipée de sept appareils TEP. A terme, d’autres spécialités médicales pourront bénéficier des progrès de la TEP, comme la cardiologie ou la neurologie.

Le cyclotron au service de la recherche
Le cyclotron de l’AP-HP associé à une plateforme de recherche située au sein de l’IUH permettra la mise au point de nouvelles molécules radiopharmaceutiques destinées à la recherche clinique. Cette plateforme aura également une vocation de recherche fondamentale, grâce au laboratoire d’imagerie créé par l’IUH de Saint Louis.

Le cyclotron de l’AP-HP, construit par la société pharmaceutique IBA, sur un terrain mis à disposition par l’AP-HP à l’hôpital Saint-Louis résulte d’un partenariat entre l’AP-HP, IBA Molecular, l’Université Paris Diderot-Paris 7 et l’Institut Universitaire d’Hématologie (IUH).

Ce projet a reçu l’aide financière de l’INCA, du cancéropôle Ile de France et de la région Ile de France.

L’inauguration se déroulera en présence du Pr. François Sigaux, directeur de l’Institut Universitaire d’Hématologie (Université Paris-Diderot), de Philippe Sudreau, directeur de l’hôpital Saint-Louis (AP-HP), de Florence Lalardrie, chef de projet Direction de la Politique Médicale de l’AP-HP, du Pr. Pascal Merlet, coordonnateur médical et de François Labarre, General Manager IBA France – Benelux

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.