Le « Da Vinci Xi » au CHU de Saint-Etienne

Le robot chirurgical de la toute dernière génération, le « Da Vinci Xi » vient d’être acquis par le CHU de St Etienne. De nombreuses spécialités vont utiliser cet assistant chirurgical d’excellence pour réaliser des actes d’une précision inégalée et pour un plus grand confort des patients. Le robot Da Vinci Xi est aussi doté d’une double console et d’un module de simulation, supports indispensables à la formation des chirurgiens.
Le robot chirurgical de la toute dernière génération, le « Da Vinci Xi » vient d’être acquis par le CHU de St Etienne. De nombreuses spécialités vont utiliser cet assistant chirurgical d’excellence pour réaliser des actes d’une précision inégalée et pour un plus grand confort des patients. Le robot Da Vinci Xi  est aussi doté d’une double console et d’un module de simulation, supports indispensables à la formation des chirurgiens.
 
La chirurgie robot assistée renforce le rôle de recours et de référence du CHU
Cette chirurgie mini-invasive est rendue possible par la miniaturisation des instruments fixés aux quatre bras articulés du robot. La caméra, l’écarteur, les pinces sont glissés sous la peau à l’aide de petites incisions et par les orifices naturels. Pendant l’intervention, le chirurgien se réfère à une vue en 3D agrandie et optimisée et télécommande les bras et les instruments à partir d’une console. 
Le geste particulièrement précis améliore les suites opératoires
Le robot chirurgical est largement utilisé en chirurgie des cancers urologiques comme le cancer de la prostate ou pour traiter le cancer du rein en effectuant des néphrectomies partielles compliquées. Mais la prouesse technique ne dispense pas de l’intervention des spécialistes. « Un ensemble de spécialistes et d’installations sont indispensables pour traiter correctement les patients concernés. Le CHU de St Etienne dispose toutes les compétences sur ses sites, et travaille également en partenariat étroit avec l’Institut de Cancérologie de la Loire » rappelle l’établissement
La chirurgie robot assistée au CHU : une opportunité pour de multiples spécialités
Progressivement d’autres spécialités vont adopter le robot afin de proposer une chirurgie moins invasive et d’améliorer la réhabilitation après l’intervention telles que la chirurgie digestive, la chirurgie thoracique, la chirurgie infantile, la gynécologie, etc. De plus, le robot dernière génération peut intervenir en même temps sur plusieurs endroits du corps, ce que ne permettent pas les versions précédentes.
De par son rôle particulier, le CHU pourra étendre l’accès à cet équipement aux patients et aux spécialistes de l’ensemble du territoire, dans le cadre du Groupement Hospitalier de Territoire Loire dont il est l’établissement support.
Un atout pour la formation des jeunes chirurgiens
Equipé d’un simulateur et d’une double console, le robot chirurgical servira de support à l’apprentissage des chirurgiens, jeunes ou spécialistes confirmés. La deuxième console permet en effet aux chirurgiens en formation de manipuler les instruments avec l’aide et sous le contrôle permanent d’un chirurgien senior, qui dispose d’un double des commandes et peut intervenir à tout instant. 
Cet équipement se présente donc comme la pièce maîtresse d’une plateforme d’enseignement dernier cri ; un atout supplémentaire pour l’attractivité du CHU de St Etienne, la qualité de la prise en charge de ses patients, et la renommée de ses équipes.

Avec l’installation du robot chirurgical de dernière génération « Da Vinci Xi », le CHU confirme son engagement dans une chirurgie mini-invasive. Cette chirurgie cherche à diminuer l’impact physique des interventions, pour une meilleur qualité de vie des patients, pendant et après la prise en charge. 

Cette acquisition s’inscrit dans le programme d’équipements biomédicaux innovants annoncé par le CHU stéphanois en début d’année : 
de nouveaux lasers chirurgicaux haute performance en ophtalmologie 
une salle hybride endo-vasculaire en cardiologie 
des installations automatisées et robotisées en biologie spécialisée 
des équipements uniques de microscopie confocale en dermatologie
des équipements de chirurgie assistée par robot

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Pour les CHU, le spectre de l’impasse financière

Dans un communiqué rendu public ce lundi 2 octobre, la Conférence des Directeurs Généraux de CHU s’alarme de la mauvaise situation financière des CHU français, imputable selon elle aux surcoûts en termes de ressources humaines et aux effets de l’inflation. Et redoute une dégradation rapide si l’Etat ne fait rien.

A Lyon, l’IA prédit désormais des résultats d’essais cliniques

Le 11 septembre dernier, le groupe pharmaceutique AstraZeneca a publié les résultats d’un essai clinique sur un traitement pour soigner le cancer du poumon. Jusqu’ici, tout paraît à peu près normal. Ce qui l’est moins : trois jours avant cette publication, une intelligence artificielle a permis de prédire avec justesse les résultats de ce même essai. Une grande première au niveau mondial.

Dossier : l’Accident Vasculaire Cérébral (AVC)

L’Accident Vasculaire Cérébral touche 150 000 personnes par an. Responsable de 110 000 hospitalisations selon le ministère de la santé, cet arrêt soudain de la circulation sanguin à l’intérieur du cerveau représente la troisième cause de décès chez l’homme et deuxième chez la femme, soit au total 30 000 décès par an. En France, plus de 500 000 Français vivent avec des séquelles suite à un AVC.

AVC : la promesse d’une prise en charge en moins de dix minutes

Les conséquences d’un Accident Cardiovasculaire (AVC) peuvent être lourdes, voire fatales. Première cause de dépendance et troisième cause de mortalité en France, cette pathologie due à une mauvaise irrigation du cerveau fait de plus en plus de victimes. Face à cette réalité alarmante, le CHU de Montpellier a annoncé fin août la mise en place d’un nouveau plateau technique offrant aux patients un parcours de soins optimisé. Et de promettre désormais une “prise en charge en neuf minutes”.

Coup d’oeil sur le métier d’infirmière formatrice

Isabelle Teurlay-Nicot est infirmière formatrice auprès des aides-soignants à l’IMS (Institut des Métiers de la Santé) du CHU de Bordeaux. Un métier qui ne se limite pas seulement à la notion d’apprentissage. En juillet dernier, elle a accepté de revenir sur cette profession ou se mêlent expertise médicale et pédagogie.