Le dépistage de la surdité du nouveau-né

Depuis le mois d'octobre 2002, un dépistage systématique de la surdité néonatale est assuré au CHR d'Orléans. Dr Aurélie Manceau explique l'intérêt du dépistage précoce.

Depuis le mois d’octobre 2002, un dépistage systématique de la surdité néonatale est assuré au CHR d’Orléans. Dr Aurélie Manceau explique l’intérêt du dépistage précoce.

La surdité se définit par une évaluation du seuil de perception des sons qu’elle qu’en soit le degré. Le nombre de nouveau-nés présentant une déficience auditive est d’environ 2 à 3 pour mille, tandis qu’il peut atteindre les 5 à 7 % pour les bébés admis dans les unités néonatales de soins intensifs, ou ceux faisant partie des catégories à risque en ce qui concerne la déficience auditive (petit poids de naissance, antécédents familiaux de surdité, malformation cranio-faciale, infection foetale& ).

Un dépistage précoce, avant l’âge de six mois, est indispensable pour éviter des retentissements majeurs sur l’acquisition du langage oral, de la parole, de l’articulation et plus tard sur la scolarisation des enfants, par une prise en charge adaptée associant les techniques d’adaptation des prothèses auditives, de l’orthophonie, de l’éducation spéciale, de la guidance parentale et parfois de l’implantation cochléaire.

En France, il n’existe pas actuellement d’organisation générale permettant de réaliser systématiquement ce dépistage à la naissance qui, de fait, n’est réalisé que par quelques équipes. Au CHR d’Orléans, un dépistage systématique de la surdité néonatale, coordonné par le Docteur Caroline Soin, est effectivement mis en place.

Actuellement, deux techniques sont reconnues comme étant utiles pour le dépistage de la surdité du nouveau-né : les potentiels évoqués auditifs (PEA) et la recherche des oto-émissions auditives (OEA).
Les PEA est la plus ancienne et la plus classique des deux techniques. L’examen consiste à recueillir l’activité électrique des centres auditifs du tronc cérébral, les réponses sont déclenchées par une stimulation électrique délivrée au casque. Au CHR d’Orléans, les deux infirmières audiométristes pratiquent cet examen tous les jours dans le service d’ORL, sans anesthésie ni prémédication, en début d’après-midi, après le repas, pour que l’enfant soit le plus calme possible. Il s’agit d’un examen très fiable mais non adapté au dépistage systématique du fait de sa longueur.

La recherche des OEA constitue une technique plus récente. Les OEA proviennent de l’énergie mécanique générée par des cellules de l’oreille interne lorsqu’on stimule celle-ci. Ce signal acoustique est retransmis de l’oreille interne à l’extérieur et peut être enregistré par un microphone sensible placé dans le conduit auditif externe. Les OEA sont présentes lorsque le seuil auditif de l’enfant est compris entre 0 et 30 décibels (ce qui n’est pas le cas dans les surdités sévères et profondes). C’est un test rapide, non invasif, et donc adapté au dépistage en maternité.

Au CHR d’Orléans, Mme Sabine Pétillon, orthophoniste, se rend deux fois par semaine à la maternité pour réaliser le dépistage de tous les enfants. Le protocole du CHR d’Orléans est le suivant. Tous les enfants nés en maternité, sans facteurs de risque de surdité, sont testés à la maternité par recherche des OEA après explications et consentement d’un des parents. Si les OEA sont absentes, les bébés sont revus une semaine après dans le service d’ORL pour nouvelle recherche. Si l’absence d’OEA est confirmée, il faut faire des PEA. Les enfants présentant un facteur de risque ou ayant été hospitalisés en réanimation néonatale ou à l’unité kangourou sont systématiquement testés par PEA dans le service d’ORL.

Depuis octobre 2002, 922 enfants ont été testés à la maternité et environ 80 examens de PEA ont été réalisés dans le service d’ORL.
Le personnel médical et paramédical des consultations du service d’ORL et de chirurgie cervico-faciale du Docteur Denis Dauphin s’investit largement dans ce dépistage de la surdité néonatale qui nécessite une collaboration étroite avec les services de gynécologie-obstétrique et de pédiatrie.

Dr Aurélie Manceau
Service ORL Chirurgie de la face et du cou

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.