Le design médical : quand l’art rencontre la pratique médicale !

Roxane Andres est une artiste designer indépendante depuis 2005. Après des études d'arts appliqués et de design, elle s'est rapidement intéressée au monde médical et sa route a croisé celles du pôle des Technologies médicales et de la Cité du Design de Saint-Etienne, avant d'entrer en contact avec l'unité de Médecine Physique et de Réadaptation (MPR) pédiatrique du CHU de Saint-Etienne il y a deux ans.

Roxane Andres est une artiste designer indépendante depuis 2005. Après des études d’arts appliqués et de design, elle s’est rapidement intéressée au monde médical et sa route a croisé celles du pôle des Technologies médicales et de la Cité du Design de Saint-Etienne, avant d’entrer en contact avec l’unité de Médecine Physique et de Réadaptation (MPR) pédiatrique du CHU de Saint-Etienne il y a deux ans.

D’emblée, il lui a semblé important de se préoccuper de notions telles que la blessure, la maladie ou le handicap autrement que par la seule prise en charge médicale, et notamment chez les enfants. De ses rencontres avec l’équipe médicale et soignante de MPR pédiatrique au CHU de Saint-Etienne et les enfants hospitalisés dans le service est né le projet de « set de reconstruction ». Son projet de recherche particulièrement original a retenu l’attention de la Fondation de France qui lui a délivré une bourse en mai 2008. Le projet comprend cinq à six objets de reconstruction corporelle, physique ou psychologique, s’adressant à des enfants blessés dans leur corps. Roxane Andres présentera ses prototypes en juin 2009. L’idée est de pouvoir transposer par la suite ces objets dans d’autres secteurs, comme en pédopsychiatrie.

Ses constructions textiles peuvent être utilisées par les enfants ou le personnel soignant. Le set permet à chacun de trouver l’objet qui lui correspond. Pour le moment deux prototypes ont pris forme : Une peluche qui parle de greffe ou prothèse. L’objectif est de donner la possibilité aux enfants de créer leur propre peluche pour raconter leur histoire. Le deuxième objet est intitulé « les bandes originales ». Ces bandages sont destinés plus particulièrement aux soignants. Ce sont en quelque sorte des histoires qui s’enroulent autour du membre blessé. Là encore c’est bien de reconstruction dont il est question.

Roxane Andres conçoit chaque objet en collaboration avec l’équipe du Pr Gautheron, chef du service de MPR, et les enfants. Elle cherche à répondre au besoin de chaque enfant tout en s’adaptant à son âge. C’est pourquoi le travail de conception est très long mais c’est également ce qui en fait sa richesse ! Un des prochains prototypes sera peut-être un objet lumière pour rassurer l’enfant la nuit à l’hôpital. Elle envisage également de créer des bandages thermo-chromes dont la couleur changerait en fonction de la température du corps. Les dernières technologies ne sont donc pas oubliées mais elle les utilise toujours de manière douce car tous ses objets sont emprunt de douceur au sens propre comme au sens figuré.

Roxane Andres a exposé lors de la Biennale internationale du design 2008. Elle a également été commissaire adjointe de l’exposition « Dedans, dehors, autour, états du corps ». La Cité du Design de Saint-Etienne a la particularité de s’intéresser au design médical.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.