Le DG du CHU est une femme #5 : Monique Sorrentino à Grenoble

« La première fois que j'ai été obligée de prendre un congé maternité, il a fallu que j'organise une délégation de gestion, se souvient Monique Sorrentino, directrice générale du CHU de Grenoble-Alpes. C'est un exercice qui oblige à prendre du recul et surtout qui donne aux autres l'opportunité de progresser, de prendre des responsabilités, d'exister».

 « La première fois que j’ai été obligée de prendre un congé maternité, il a fallu que j’organise une délégation de gestion, se souvient Monique Sorrentino, directrice générale du CHU de Grenoble-Alpes. C’est un exercice qui oblige à prendre du recul et surtout qui donne aux autres l’opportunité de progresser, de prendre des responsabilités, d’exister».

Monique Sorrentino est une de ces 11 femmes à la tête de l’un des plus grands établissements hospitaliers de France et d’Europe. L’une des 11 directrices générales de CHU* sur les 32 managers de centres hospitaliers universitaires
Pour la journée internationale des femmes, le 8 mars 2019, elles ont témoigné en vidéo sur Réseau CHU de leur histoire professionnelle. Retrouvez les extraits de l’entretien que chacune d’elles a accordé à la caméra de RESEAU CHU.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.