Le Dr Mukwege et le CHU d’Angers initient une formation en chirurgie gynécologique réparatrice

"Former les Hommes pour transformer le monde" pourrait être le titre de la belle histoire qui unit le Dr Denis Mukwege et le CHU d'Angers. Une semaine après la Journée mondiale de lutte contre les violences faites aux femmes à laquelle le CHU d'Angers avait pris part en réunissant les acteurs de monde médical et social, l'établissement se mobilise à nouveau en faveur de cette cause en soutenant la grande œuvre du Dr Denis Mukwege surnommé "l'homme qui répare les femmes". Mardi 1er décembre 2015, le chirurgien congolais retrouve le CHU d'Angers pour signer un partenariat. Explications...

"Former les Hommes pour transformer le monde" pourrait être le titre de la belle histoire qui unit le Dr Denis Mukwege et le CHU d’Angers. Une semaine après  la Journée mondiale de lutte contre les violences faites aux femmes à laquelle le CHU d’Angers avait pris part en réunissant les acteurs de monde médical et social, l’établissement se mobilise à nouveau en faveur de cette cause en soutenant la grande œuvre du Dr Denis Mukwege surnommé "l’homme qui répare les femmes". Mardi 1er décembre 2015, le chirurgien congolais retrouve le CHU d’Angers pour signer un partenariat. Cette convention porte sur la formation des praticiens de l’hôpital de Panzi, fondé par Dr Mukwege, à la chirurgie gynécologique de la reconstruction. Les spécialistes CHU d’Angers enseigneront cette spécialité aux stagiaires originaires du Congo.
L’accord donne un cadre pérenne à cette collaboration et la perspectives de partenariats réguliers dans d’autres domaines du soin et du management. La convention précise en effet que des équipes médicales, paramédicales, techniques et administratives pourront se rendre à Panzi pour contribuer au perfectionnement professionnel des agents ainsi qu’à l’amélioration du fonctionnement de l’hôpital congolais. Ce rapprochement a bénéficié du soutien de l’association France-Kivu, portée par le Dr Bernard Crézé, gynécologue angevin.
Parce qu’il milite et qu’il agit de longue date contre les violences sexuelles infligées massivement aux femmes au Congo, le Dr Mukwege a reçu le prix Sakharov en 2014 ; depuis plusieurs années, son nom est également évoqué pour le Nobel de la Paix. C’est donc avec conviction que le CHU d’Angers et ses équipes de gynécologie-obstétrique apportent, à travers cette convention, un soutien concret à la mission de santé publique portée par le Dr Mukwege et son hôpital.
La signature de la convention se tiendra à l’occasion de la Journée internationale du CNGOF (Collège national des gynécologues et obstétriciens français) organisée au CHU d’Angers par le Pr Descamps., chef du pôle Femme-Mère-Enfant. Un groupe de gynécologues-obstétriciens comptant parmi les plus renommés à l’échelle internationale participera à une après-midi de conférences et une visite de la maternité, conduite par le Pr Descamps et son équipe.
Le Dr Denis Mukwege connait bien le CHU d’Angers pour avoir suivi les stages de spécialisation au sein de son service de gynécologie-obstétrique, dans les années 80

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.