Le e-coaching nutritionnel est-il efficace ?

Ainsi se résume le thème de l'étude d'impact de l'e-coaching nutritionnel appelé A.N.O.D.E réservé aux personnes diabétiques présentant un excès de poids. Les travaux sont menés par des chercheurs français désireux de vérifier si le e-coaching couplé à la télémédecine représente une véritable révolution dans les méthodes de prise en charge nutritionnelle ou s'il ne s'agit que d'un simple phénomène de mode.

Ainsi se résume le thème de l’étude d’impact de l’e-coaching nutritionnel appelé A.N.O.D.E réservé aux personnes diabétiques présentant un excès de poids. Les travaux sont menés par des chercheurs français désireux de vérifier si le  e-coaching couplé à la télémédecine représente une véritable révolution dans les méthodes de prise en charge nutritionnelle ou s’il ne s’agit que d’un simple phénomène de mode. Développé dans le cadre du traitement des maladies chroniques, l’accompagnement/éducation à distance, a déjà prouvé son efficacité dans certains cas mais aucune étude française n’a jusqu’à présent testé le e-coaching nutritionnel, en particulier en cas de diabète et/ou d’obésité abdominale.
 
Deux grands hôpitaux publics – l’hôpital Bichat et l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière – testent le programme de coaching A.N.O.D.E
Le programme d’e-coaching A.N.O.D.E. (Accompagnement Nutritionnel de l’Obésité et du Diabète par E-coaching) a été conçu par la société MXS-santé en étroite collaboration avec des médecins hospitalo-universitaires. Il se présente comme un complément de l’offre de soins et de la prise en charge des diabétiques avec obésité abdominale. Son objectif est d’obtenir en 4 mois une amélioration des habitudes alimentaires et du niveau d’activité physique par un suivi nutritionnel sur mesure et évolutif selon les progrès du patient. Une perte de poids, un meilleur contrôle du diabète et une réduction du risque cardiovasculaire devraient en découler. Le programme A.N.O.D.E. est utilisé depuis plusieurs mois à l’hôpital Bichat par le service de Diabétologie-Endocrinologie-Nutrition. Afin de confirmer son efficacité, l’AP-HP soutient cette évaluation rigoureuse et scientifique.
 
L’enjeu : trouver une procédure thérapeutique adaptée face à l’augmentation du diabète
Entre 2000 et 2009, la prévalence du diabète en France n’a cessé d’augmenter. Elle a même progressé plus vite que prévu. En 2009, on estime à plus de 4,1 millions le nombre de personnes atteintes, dont quelques 600 000 diabétiques qui s’ignorent. En ligne de mire : surpoids, obésité, mauvaise alimentation, sédentarité et faible activité physique, autant de facteurs qui expliquent cet accroissement constant. La prise en charge du diabète de type 2 repose en premier lieu sur des mesures nutritionnelles incluant la diététique et l’activité physique. Difficile d’assurer aujourd’hui, une prise en charge personnalisée en face-à-face avec tous les diabétiques ; le e-coaching nutritionnel représente peut-être une alternative. Une hypothèse qui sera vérifiée par  l’étude A.N.O.D.E
 
Qui peut participer à l’étude A.N.O.D.E. ?
Menée par une équipe de chercheurs du service de diabétologie-nutrition de l’hôpital Bichat – Claude-Bernard (AP-HP), coordonnée par le Dr Boris Hansel et le Pr Ronan Roussel, l’étude A.N.O.D.E. est ouverte à 120 volontaires, hommes ou femmes de 18 à 70 ans, diabétiques de type 2,  présentant un excès de poids, en particulier abdominal, et possédant un accès internet. 
 
Pour en savoir plus  sur le e-coaching nutritionnel (données scientifiques disponibles…)

Contact chercheur : Dr Boris Hansel, service de diabétologie-Endocrinologie, hôpital Bichat Claude-Bernard (AP-HP), 46 rue Henri Huchard 75018 Paris, Unité INSERM U1138, Université Paris-Diderot
Tél : 01 40 25 82 42 / Fax : 01 40 25 88 42 –  boris.hansel@bch.aphp.fr
Pour en savoir plus sur le Protocole A.N.O.D.E. (Accompagnement Nutritionnel de l’Obésité et du Diabète par E-coaching) : www.telenutrition.fr

Contact internet pour se porter volontaire : protocole.anode@bch.aphp.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.