Le Fibroscan, une innovation médicale

Le Centre d'Hépato-Gastro-Entérologie (CHGE) du CHU de Clermont-Ferrand a fait l'acquisition d'un nouvel équipement qui constitue un réel progrès dans le diagnostic des pathologies du foie : le FIBROSCAN. Seuls cinq CHU bénéficient de cette technologie à ce jour en France.

Le Centre d’Hépato-Gastro-Entérologie (CHGE) du CHU de Clermont-Ferrand a fait l’acquisition d’un nouvel équipement qui constitue un réel progrès dans le diagnostic des pathologies du foie : le FIBROSCAN. Seuls cinq CHU bénéficient de cette technologie à ce jour en France.

Lorsque le foie est attaqué par l’alcool ou par des virus ses cellules se transforment en tissus fibreux (fibrose) présentant une moindre élasticité. La mesure de l’élasticité des tissus hépatiques est un élément diagnostic essentiel pour évaluer les atteintes hépatiques ainsi que l’efficacité de leur traitement. Jusque là, seule une biopsie hépatique permettait ce type de mesures. La biopsie est un examen délicat, pratiqué sous anesthésie locale, qui consiste en un prélèvement d’un minuscule échantillon des tissus hépatiques à l’aide d’une aiguille. Elle entraîne une hospitalisation de 10 à 24 heures

Le FIBROSCAN constitue une véritable alternative à la biopsie grâce à l’utilisation d’ultrasons appliqués à la surface de la peau et dont l’appareil va mesurer la vitesse de propagation dans les tissus. L’examen est totalement indolore et ne dure que quelques minutes. Cette nouvelle technologie appelée «élastométrie impulsionnelle» ouvre de nouvelles perspectives diagnostiques et apporte un réel confort pour les patients. Sa facilité d’emploi la destine aussi au diagnostic précoce et à la prévention.

Comme toute innovation médicale, le FIBROSCAN fait l’objet de nombreuses séries d’évaluations sur différents types de pathologies. D’ores et déjà utilisée dans le cadre de l’hépatite C, cette technique est donc appelée à être étendue à d’autres pathologies.

Au CHU de Clermont-Ferrand, la technique du IBROSCAN est mise en oeuvre dans le service du Professeur BOMMELAER par le Docteur Armand ABERGEL. Son acquisition a pu être finalisée dans le cadre d’un contrat interne entre la Direction du CHU et le service lui-même concrétisant ainsi de nouveaux modes de gestion hospitalière.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.