Le fonds des hôpitaux publics du GHT LOIRE récompense cinq équipes du CHU de Saint-Etienne

Le CHU de Saint-Etienne met à l'honneur cinq équipes soignantes lauréates du premier appel à projets du Fonds des Hôpitaux Publics du GHT Loire, ce mardi 22 janvier 2019.
Le CHU de Saint-Etienne met à l’honneur cinq équipes soignantes lauréates du premier appel à projets du Fonds des Hôpitaux Publics du GHT Loire, ce mardi 22 janvier 2019.
A l’occasion de dons exceptionnels, d’un montant total de 15 000 €, reçus avant l’ouverture du fonds à l’échelle du GHT et destinés à soutenir le CHU de Saint-Etienne, un appel à projets a été lancé en octobre 2018 afin de récompenser des projets de recherche en soins infirmiers et des initiatives permettant d’améliorer la prise en charge des patients.
Treize projets ont été soumis au comité scientifique du fonds de dotation, composé de professionnels de santé, comité qui a retenu sept candidatures pour un entretien. Le nombre de dossiers déposés reflète l’investissement des équipes, particulièrement soucieuses de participer à la dynamique de l’établissement en matière d’innovation en santé.
Les entretiens se sont déroulés le 11 décembre dernier, en présence de Corinne Sabot, présidente de l’association Aide à la recherche médicale de proximité (Aire) et de Jean-Louis Desjoyaux, Piscines Desjoyaux, tous les deux ambassadeurs du fonds de dotation.

Favoriser les innovations en santé 

Deux projets de recherche en soins infirmiers et trois initiatives relatives à la prise en charge des patients ont été récompensés :
– Arlette Pépin, cadre supérieur de santé, et le Docteur David Hupin (service de physiologie clinique et de l’exercice). 
Étude « ACTIVNURSE » : observatoire de la corrélation entre l’activité physique et la sédentarité au travail, et le bien-être des personnels paramédicaux. 
Budget obtenu : 9 000 €.
– Didier Hilaire, cadre de santé (service de médecine gériatrique). 
Etude portant sur la pratique de la contention en gériatrie. 
Budget obtenu : 3 000 €. 
– Docteur David Charier, anesthésiste-réanimateur, Professeur François Vassal, chef du service de neurochirurgie et responsable de la chirurgie du Parkinson et Jean-Baptiste Vasselon, infirmier anesthésiste.
Réalisation d’un film didactique destiné aux patients et à leur famille, présentant la chirurgie éveillée de stimulation profonde dans la maladie de Parkinson
Budget obtenu : 1 500€.
– Karine Payet-Orth, sage-femme coordinatrice (consultation gynécologique et obstétrique). 
Achat d’un moxa électrique dans le cadre des séances d’acupuncture en Gynécologie et Obstétrique. 
Budget obtenu : 1 000€.
– Odile Sirjean, cadre supérieur de santé (secteur interventionnel de radiologie et de cardiologie). 
Accueil bienveillant des patients en secteur interventionnel au travers de la musicothérapie
Budget obtenu : 500€.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.