Créé en juillet 2016, ce nouveau Groupement hospitalier de territoire (GHT) fédère 9 établissements de santé pour dispenser des soins de qualité et de proximité aux 530 000 habitants de Côte-d'Or et du sud de la Haute-Marne.
Créé en juillet 2016, ce nouveau Groupement hospitalier de territoire (GHT) fédère 9 établissements de santé pour dispenser des soins de qualité et de proximité aux 530 000 habitants de Côte-d’Or et du sud de la Haute-Marne.
Maintenir une offre hospitalière de proximité, des plateaux techniques intégrant toutes les avancées médicales et un centre hospitalier universitaire assurant pleinement sa fonction d’établissement de référence et de recours pour les patients. Telle est la mission du GHT 21/52. Avec pour défi de garantir l’autonomie de gestion et les spécificités de chacun de ses membres.
Cette nouvelle entité réunit le CHU Dijon Bourgogne et les CH La Chartreuse, Semur-en-Auxois, Haute Côte-d’Or, Auxonne et Is-sur-Tille sur la Côte d’Or ainsi que les CH Langres, Chaumont et Bourbonne-les-Bains en Haute-Marne.
L’implication de l’ensemble des acteurs hospitaliers
La construction du GHT 21/52 implique l’ensemble des acteurs du monde hospitalier.
Les pharmaciens ont élaboré un projet pour la création d’un livret thérapeutique commun. Les molécules prescrites par un médecin hospitalier pourront ainsi être disponibles dans toutes les pharmacies hospitalières du GHT. Radiologues et biologistes s’engagent dans des démarches de mutualisation, notamment autour de la permanence des soins ou de l’accès à des plateaux techniques spécialisés.
Les responsables des services techniques partagent leur expertise et ceux des services informatiques travaillent à la sécurisation de la transmission des données entre établissements.
Une journée de formation pour tous programmée
Les professionnels en charge de la qualité et de la gestion des risques développent des outils de gestion documentaire et préparent ensemble la future certification du GHT (prévue après 2020). Ils vont ainsi utiliser la méthodologie "du patient traceur" pour évaluer l’efficacité de la prise en charge d’un patient dans le cadre d’un parcours de soins inter-établissement.
Les services formation ont, dans ce contexte, programmé une première journée destinée à tous les professionnels du GHT, le 9 mars 2017, sur le thème : "Le soignant dans le parcours de santé : quelles réalités ? Quelles modalités ?". 
Les directeurs d’établissements se mobilisent, quant à eux, pour mettre en place les conditions permettant de rendre les postes médicaux plus attractifs et éviter ainsi le départ de praticiens hospitaliers des établissements du GHT.
10 secteurs d’activités au sein du Projet médical partagé
Le GHT 21/52 a débuté la réorganisation de l’offre de soins du territoire sur 10 secteurs d’activité spécifiques composant son Projet médical partagé (PMP). A savoir : l’accident vasculaire cérébral (AVC), l’insuffisance cardiaque, le cancer digestif, le cancer de la prostate, la psychiatrie et santé mentale, les urgences, la médecine intensive (services de réanimation, de soins intensifs ou de soins continus), les soins de suite et de réadaptation, la personne âgée, fragile et gériatrique et le parcours de la Femme, de la mère et de l’enfant
Pour chacune de ces filières, des groupes de travail réunissant des professionnels de tous les établissements membres du GHT ont été constitués. Dans le courant du deuxième trimestre 2017, ces groupes de travail présenteront aux instances en charge de l’organisation du GHT, aux représentants des usagers et aux élus locaux leurs propositions pour adapter l’offre de soins aux besoins de la population et à la réalité de la démographie médicale et paramédicale. 
La réorganisation en marche
En attendant, des actions ont d’ores-et-déjà été lancées à travers lesquelles les praticiens impliqués tendent à harmoniser leurs pratiques. Ainsi sous l’impulsion du Pr Giroud du CHU Dijon Bourgogne) et grâce à l’implication des médecins urgentistes du GHT, l’ensemble du territoire est aujourd’hui couvert par le dispositif de " télé AVC ". Tout patient bénéficie ainsi du même protocole de soins et de l’avis d’un neurologue H24, quel que soit l’hôpital dans lequel il est admis. 
Le Pr Cottin du CHU Dijon Bourgogne et les cardiologues du GHT finalisent le maillage du territoire en consultations avancées pour les patients souffrant d’insuffisance cardiaque. Ce dispositif permet à la population d’accéder aux médecins spécialistes en cardiologie dans leur hôpital de proximité.
Pour la prise en charge des personnes âgées, le Pr Jouanny – gériatre au CHU de Dijon et coordonnateur de la filière "Personne âgée" au sein du GHT – organise en lien avec les praticiens de cette spécialité l’accès en tous points du territoire à un service de gériatrie, à des hôpitaux de jour pour des prises en charge ponctuelles et à des consultations spécialisées de proximité. 
Pour le parcours de la Femme, de la mère et de l’enfant, le réseau de périnatalité crée en Bourgogne par le Pr Sagot du CHU de Dijon, a été étendu aux secteurs couverts par les établissements du sud de la Haute-Marne. À court terme, le Dossier médical informatisé communicant (DMIC) – outil central de communication dans le parcours de soins en périnatalité – sera généralisé à l’ensemble du GHT.
Concernant l’organisation de l’offre de soins en psychiatrie et en santé mentale un comité de pilotage spécifique a été mis en place, présidé par Bruno Madelpuech – directeur du CH La Chartreuse et associant les différentes équipes de psychiatrie.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.