Le GHT Cévennes Gard-Camargue : une coopération de longue date entre 15 établissements

15 établissements publics de santé et médicaux sociaux[1], réunissant plus de 12 000 collaborateurs dont 1 850 médecins et comptant près de 5 500 lits, places et postes, ont signé la convention constitutive du Groupement hospitalier de territoire (GHT) Gard-Camargue-Cévennes, le 1er juillet 2016. Particularité de ce GHT, l’antériorité des liens qui unissent ses membres
15 établissements publics de santé et médicaux sociaux[1], réunissant plus de 12 000 collaborateurs dont 1 850 médecins et comptant près de 5 500 lits, places et postes, ont signé la convention constitutive du Groupement hospitalier de territoire (GHT) Cévennes Gard-Camargue, le 1er juillet 2016. Particularité de ce GHT, l’antériorité des liens qui unissent ses membres. Le groupement se situe dans le prolongement de la Communauté hospitalière de territoire (CHT) du même nom constituée en mai 2011 et entérinée par à l’Agence régionale de santé (ARS) du Languedoc-Roussillon après une démarche de préfiguration engagée en 2009. Au cours de ces années, les équipes ont appris à se connaître et à travailler ensemble. De nombreux temps médicaux partagés ont été déployés ainsi qu’un premier projet médical commun dont le bilan vient d’être réalisé
Une conception exigeante du service public
Les membres du groupement souscrivent ensemble à une charte de valeurs communes fondées sur une conception exigeante du service public : équité d’accès aux soins pour les patients du territoire, solidarité institutionnelle entre les membres, réactivité à l’environnement et aux besoins pour l’adaptation permanente des activités hospitalières, volonté d’innover dans les prises en charge et les organisations, développement continu de la qualité et de la sécurité des soins, utilisation optimisée des ressources dans une démarche citoyenne et éco-responsable
Qualité : ensemble pour une certification conjointe
Par l’approfondissement volontaire de leurs collaborations, les établissements membres s’engagent à renforcer la sécurité et la qualité des parcours de soins par l’obtention d’une certification conjointe de la Haute Autorité de Santé (HAS) dans les conditions optimales à partir de 2020 et la recherche de labellisation(s) éventuelle(s).
De la proximité à la référence, un projet médical partagé (PMP) suivant le parcours du patient
Traitant l’ensemble des activités diagnostiques et thérapeutiques, le PMP rendra lisibles les articulations incontournables entre les activités de proximité réalisées au plus près du domicile au sein des établissements de santé avec les activités de recours hospitalo-universitaires réalisées généralement au sein du CHU de Nîmes, en articulation éventuelle avec le CHU de Montpellier. Sur la base de ce projet médical partagé, un projet de soin partagé sera également finalisé pour le territoire.
Au titre de ses missions hospitalo-universitaires, le CHU de Nîmes, établissement support, assurera, pour le compte des autres établissements du GHT, en articulation avec l’Université, des missions de référence et de recours, de formation initiale des professionnels médicaux et paramédicaux, de recherche clinique, de gestion de la démographie médicale.
Le GHT permettra également d’améliorer l’efficience des fonctions supports (médico-techniques et administratives, éventuellement techniques et logistiques) dans l’objectif de préserver les équilibres financiers de chaque établissement et, par là même, de garantir les conditions d’autonomie, juridique et financière pour sécuriser les investissements stratégiques.
Les établissements membres souhaitent également favoriser au sein du groupement la diffusion et l’appropriation des innovations médicales, techniques, organisationnelles et managériales.
[1] Membres du GHT Gard-Camargue-Cévennes : CH Alès-Cévennes, CH de Bagnols-sur-Cèze, CH Mas Careiron, CH de Ponteils, CH de Pont-Saint-Esprit, CH d’Uzès, CH du Vigan, CHU de Nîmes (établissement support), EHPAD Jean-Lasserre d’Euzet-les-Bains, EHPAD Dr-Henry-Granet d’Aramon, EHPAD Résidence Petite Camargue de Beauvoisin, EHPAD Les Caprésianes de Cabrières, EHPAD Villa Rediciano de Redessan, EHPAD Les Oliviers de Montfrin, EHPAD Les Jonquilles de Saint-Gilles. Cette communauté d’établissements publics de santé regroupe 1 850 médecins, 10 357 collaborateurs non médicaux pour un total de 5 479 lits, places et postes. Le GHT Gard-Camargue-Cévennes pourra être élargi à d’autres établissements.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.