Le GHT de la Haute-Garonne et du Tarn-Ouest prend ses marques

Ce groupement hospitalier a pour ambition de mieux coordonner l'offre de santé destinée aux 1,4 millions habitants du territoire et d'améliorer le parcours de soins au sein des 7 établissements publics de santé qui représentent environ 5 200 lits et places.
Ce groupement hospitalier a pour ambition de mieux coordonner l’offre de santé destinée aux 1,4 millions habitants du territoire et d’améliorer le parcours de soins au sein des 7 établissements publics de santé qui représentent environ 5200 lits et places.
Le comité stratégique et le collège médical de ce nouveau GHT sont en place et le comité territorial des élus locaux s’est réuni pour la première fois le 30 novembre 2016 autour de son nouveau président Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse, président de Toulouse-métropole et du Conseil de surveillance du CHU de Toulouse.
Dans le cadre de la loi de modernisation du système de santé, le groupement hospitalier de territoire (GHT) de la Haute-Garonne et du Tarn-Ouest s’est constitué au mois de juillet 2016 autour des centres hospitaliers (CH) Comminges-Pyrénées, de Graulhet, de Lavaur, des hôpitaux de Luchon, du CH Gérard Marchant, du CH de Muret et du CHU de Toulouse qui en est l’établissement support.
Un projet médical et un projet de soins partagés
Cette nouvelle organisation n’a pas vocation à remettre en question les coopérations déjà existantes qui structurent aujourd’hui l’offre de soins. Elle doit au contraire leur donner une nouvelle assise. L’objectif est de garantir à tous les patients un meilleur accès aux soins en renforçant la coopération entre hôpitaux publics autour d’un projet médical et d’un projet de soins partagés. 
Le projet médical partagé permettra aux patients du territoire un égal accès à des soins sécurisés et de qualité grâce à une stratégie de prise en charge coordonnée et graduée, c’est-à-dire adaptée aux besoins des patients en préservant une offre de soins de proximité et un accès aux innovations thérapeutiques. Ce projet médical va se focaliser dans un premier temps sur 6 filières retenues comme prioritaires : les urgences et les soins critiques dont la prise en charge de l’accident vasculaire cérébral ; les soins de suite et de réadaptation ; les personnes âgées et le vieillissement ; la filière mère-enfants ; la cancérologie et les soins de support ; la psychiatrie et la santé mentale.
Constitution d’une communauté psychiatrique de territoire (CPT)
Concernant cette dernière filière, les trois établissements exerçant une activité de psychiatrie ont constitué de manière concomitante une communauté psychiatrique de territoire (CPT) préfiguratrice qui réunit le CH Gérard Marchant (qui en est l’établissement support), le CHU et le CH de Lavaur en sa qualité de référent responsable en psychiatrie et santé mentale du territoire de santé Tarn-sud.
Le projet médical partagé comporte aussi un volet sur l’organisation commune des disciplines médicotechniques : biologie, imagerie, pharmacie. Des groupes de travail ont été constitués, associant des responsables des établissements concernés.
Le projet de soins partagé sera la déclinaison paramédicale des grandes orientations de ce projet médical.
Des fonctions supports coordonnées
Des réflexions engagées sur des fonctions-supports communes ou coordonnées s’inscrivent également dans le prolongement de la stratégie médicale du GHT. Elles concernent la fonction achats, le système d’information, la démarche qualité et la certification HAS, la coordination des plans de formation continue et de développement professionnel continu de l’ensemble des personnels.
Le CHU de Toulouse coordonne les activités du GHT en tant qu’établissement support. D’autres établissements seront amenés à participer aux travaux du GHT.
Une gouvernance autour de 6 instances
La gouvernance du groupement est établie en respectant une représentation égale des 7 établissements et s’articule autour de 6 instances : le comité stratégique présidé par Raymond Le Moign, directeur général du CHU de Toulouse ; le collège médical, présidé par le Pr. Laurent Schmitt; le comité territorial des élus locaux, présidé par Jean-Luc Moudenc ; la commission des soins infirmiers, de rééducation et médico-techniques, présidée par Frédérique Decavel, coordinatrice générale des soins du CHU de Toulouse ; le comité des usagers et la conférence territoriale de dialogue social.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.