Face au départ annoncé par l'hôpital du Gier de ses trois gynécologues-obstétriciens, le Groupement hospitalier de territoire Loire et son établissement support, le CHU de Saint-Etienne, ont assuré l’établissement de leur solidarité et de leur soutien avec la mise à disposition de praticiens en renfort.
Face au départ annoncé par l’hôpital du Gier de ses trois gynécologues-obstétriciens, le Groupement hospitalier de territoire Loire et son établissement support, le CHU de Saint-Etienne, ont assuré l’établissement de leur solidarité et de leur soutien avec la mise à disposition de praticiens en renfort.
"La maternité du Centre Hospitalier du Gier fait face au départ de ses trois gynécologues-obstétriciens d’ici fin mars 2018, pour des raisons de trajectoire personnelle", explique dans un communiqué la direction du GHT Loire.

Maintenir la continuité et la sécurité de la prise en charge des patientes

De fait, dès l’annonce des difficultés faite en octobre par la direction du CH du Gier, une rencontre entre les établissements publics du territoire sièges d’une maternité a été organisée par M. Galy, directeur général du CHU de Saint-Etienne, établissement support du GHT Loire. L’objectif était notamment de recenser les renforts pouvant être proposés à l’équipe du CH du Gier afin de maintenir la continuité et la sécurité de la prise en charge des patientes.

L’équipe de gynécologie-obstétrique du CHU en renfort jusqu’au 31 mars 2018

L’équipe de Gynécologie-Obstétrique du CHU s’est ainsi organisée pour pouvoir doubler le temps de mise à disposition de praticiens au CH du Gier, et ce à compter du 1er janvier: 2 journées par semaine seront ainsi assurées par un gynécologue-obstétricien du CHU jusqu’au 31 mars 2018. Par ailleurs, 8 périodes de garde seront également prises en charge par l’équipe du CHU. Un soutien est également apporté par les équipes de l’hôpital Le Corbusier de Firminy ainsi que par celui d’Annonay.
"Le GHT Loire est en soutien, avec les moyens dont il dispose, et exprime son souhait de voir les démarches menées par la gouvernance du CH du Gier aboutir afin que l’établissement puisse maintenir son activité d’obstétrique", conclut le communiqué.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.