Le grand déménagement : un projet artistique !

Trier, ranger, classer, jeter, dépouiller, emballer, empaqueter, dégarnir, transporter, enlever, partir… Un propos artistique déroutant tenu par Emilie Lemoine aux patients du centre d’accueil thérapeutique à temps partiel Philéas Fogg au CHU de Nantes.

Trier, ranger, classer, jeter, dépouiller, emballer, empaqueter, dégarnir, transporter, enlever, partir… Un propos artistique déroutant tenu par Emilie Lemoine aux patients du centre d’accueil thérapeutique à temps partiel Philéas Fogg au CHU de Nantes.
Diplômée de l’école des Beaux-Arts de Nantes, Émilie Lemoine développe un parcours artistique de plasticienne et de scénographe. Elle est intervenue dans le CATTP Philéas-Fogg* tout début 2013 pour une dizaine d’ateliers hebdomadaires durant lesquels elle a fait travailler une douzaine de patients sur des interventions d’arts plastiques autour de l’idée de trier, classer, transformer et emballer…
Les patients ont par exemple été invités à raconter leur meilleur souvenir, d’abord par écrit puis en le matérialisant. Pour lui donner forme, ils ont utilisé toutes sortes de matériaux, dont notamment du papier bulle. François, qui a pensé à une virée au Mont Saint-Michel faite enfant avec ses parents, a dû travailler le volume ! Virginie, pensant aussi aux vacances familiales, a réalisé un sac de plage !
Un papier peint sonore
Lors d’une autre séance, les patients ont listé tous les bruits qu’ils entendent dans leur appartement (chaudière, réfrigérateur…), dans les couloirs de l’immeuble (cris, ascenseur…) et aux abords de leur logement (voitures, oiseaux…). Tous ces sons ont été collectés puis rassemblés pour donner forme à des symboles, des onomatopées ou des objets. Ces images ont été peintes dans un camaïeu de bleu, découpées, puis regroupées, et enfin photographiées, dupliquées, et imprimées sur des lés de papier peint.
Pour clôturer cette belle collaboration, les œuvres ont été emballées dans des cartons et exposées entre un camion de déménagement et la salle du Doubs, place des Lauriers à Nantes, le 18 mars dernier. L’événement a donné lieu à un vernissage et un moment de partage. Chacun est reparti avec les souvenirs qu’il souhaitait emporter.
*Philéas Fogg est l’un des centres d’accueil thérapeutiques à temps partiel (CATTP) du CHU de Nantes qui accueillent des patients souffrant de troubles psychiatriques. Ils constituent une vraie alternative à l’hospitalisation en permettent aux personnes suivies de venir quelques heures par semaine pour des thérapies de groupe, des ateliers artistiques, des rencontres… Le CATTP est lieu non médicalisé ou les patients viennent librement pour retrouver leur autonomie et leur place de citoyen. Une grande partie du travail en CATTP se concentre sur la resocialisation. Ces structures font régulièrement appel à des artistes pour des projets culturels avec les patients.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.