Le grand prix de la communication pour la campagne prévention AVC

Le CHU de Limoges et l'Agence Régionale de Santé (ARS) Limousin, ont remporté le grand prix de la communication hospitalière 2010 pour la campagne de prévention des AVC menée en région Limousin en 2009. Le trophée a été remis mercredi 19 mai à Hôpital Expo par Gérard Vincent, délégué général de la Fédération Hospitalière de France (FHF), à Hamid Siahmed, directeur général du CHU de Limoges.

Le CHU de Limoges et l’Agence Régionale de Santé (ARS) Limousin, ont remporté le grand prix de la communication hospitalière 2010 pour la campagne de prévention des AVC menée en région Limousin en 2009. Le trophée a été remis mercredi 19 mai à Hôpital Expo par Gérard Vincent, délégué général de la Fédération Hospitalière de France (FHF), à Hamid Siahmed, directeur général du CHU de Limoges.

Tous les ans, les prix de la communication hospitalière récompensent les établissements de santé ayant mis en place des initiatives de communication innovantes et / ou à fort impact. Le jury composé de professionnels de la communication et d’acteurs du monde sanitaire et social a remis cette année 4 prix :
– le grand prix de la meilleure action de communication doté de 5000 €.
– le 1er prix de la communication hospitalière doté de 3000 €.
– deux prix « mention spéciale » du jury dotés de 1000 € chacun.

Une cinquantaine de dossiers de candidature avaient été déposés pour cette édition.

Gérard Vincent, délégué général de la FHF a salué la variété et la cohérence des actions conduites (affiches, relations presse, objets publicitaires, web, spots radios, encarts presse…) conjointement par l’ARS et le CHU de Limoges. L’augmentation consécutive à la campagne d’information, du nombre d’appels au Centre 15 pour signaler des suspicions AVC, et l’accroissement d’activité de l’Unité Neuro-Vasculaire du CHU ont aussi convaincus les jurés de l’efficacité de ces actions.

Cette campagne avait été menée suite au constat que trop de personnes victimes ou témoins de symptômes d’un Accident Vasculaire Cérébral (AVC) ne savent pas les reconnaître, ou en négligent la gravité. Une surmortalité des victimes d’AVC est par ailleurs observée en Limousin par rapport à l’ensemble du pays.

Des personnes ont tendance à attendre « que ça passe », testent l’automédication, prennent rendez-vous chez des professionnels de santé ne pouvant prendre en charge un AVC…alors que les chances de survie ou de diminuer les séquelles sont directement en lien avec la réactivité de la prise en charge par des spécialistes.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.