Le Groupe Hospitalier Est Réunion (GHER) certifié par la Haute Autorité de Santé

Lors de leur visite initiale en janvier 2013, les experts avaient ciblé 4 réserves et 13 recommandations* sur les 85 critères analysés. Les observations portaient principalement sur le programme d’amélioration de la qualité et de sécurité et sur la gestion du médicament. Aujourd'hui, les réserves ont toutes été levées ainsi que la majorité des recommandations. Le rapport de la Haute Autorité de Santé souligne d'ailleurs le niveau de qualité et de sécurité des soins dispensés par l’établissement.

Lors de leur visite initiale en janvier 2013,  les experts avaient ciblé 4 réserves et 13 recommandations* sur les 85 critères analysés. Les  observations portaient principalement sur le programme d’amélioration de la qualité et de sécurité et sur la gestion du médicament. Aujourd’hui, les réserves ont toutes été levées ainsi que la majorité des recommandations. Le rapport de la Haute Autorité de Santé souligne d’ailleurs le niveau de qualité et de sécurité des soins dispensés par l’établissement. Ces bons résultats traduisent la volonté de tous les professionnels médicaux, paramédicaux, administratifs et techniques de conformer leurs pratiques aux standards nationaux.
 
Pour atteindre une certification sans réserve, 1 770 heures cumulées de réunions de travail ont été nécessaires. Un engagement collectif d’ampleur qui place le GHER dans le haut du tableau des établissements visités, parmi les 35% des bons élèves de la V2010.
 
"Le GHER peut se féliciter de ce bon résultat et continuer à œuvrer au quotidien à l’amélioration des pratiques pour le bien être des usagers, notamment par la levée des quelques recommandations restantes. Forte de cette dynamique d’amélioration et de cette culture participative, la communauté hospitalière se prépare déjà à la prochaine certification qui aura lieu en 2017 " se réjouit David Gruson, directeur du GHER.
 
Les résultats en ligne sur le site de la HAS http://www.has-sante.fr
 
En savoir plus sur la certification

La certification des hôpitaux est devenue obligatoire depuis les ordonnances Juppé de 1996. Cette démarche vise à évaluer le bon fonctionnement des hôpitaux. Dès lors les usagers connaissent la qualité du service rendu. Tous les quatre ans, la Haute Autorité de Santé visite et audite les hôpitaux suivant une grille d’évaluation précise et rigoureuse de 85 critères.
 
Plus de 2500 établissements de santé se sont engagés dans la procédure de certification V2010, et la HAS a rendu son rapport pour chacun d’eux à l’issue des visites de certification. Ainsi, au 1er mars 2014 les résultats de certification V2010 étaient les suivants :
• 17,5% des établissements visités obtenaient des certifications sans recommandation
• 35% des certifications avec recommandations
• 36% des certifications avec réserves
• 11% des sursis à la certification dont 0,5% sont non certifiés
 
Points clés analysés lors de la visite de certification
• Les pratiques identifiées comme exigibles prioritaires (PEP) ayant un niveau d’exigence plus élevé
• Les programmes d’évaluation des pratiques professionnels (EPP) définis dans le manuel
• Le suivi des indicateurs nationaux
• Un programme qualité-gestion des risques structuré, hiérarchisé, validé, partagé et actualisé

*Comme le GHER dispose de secteurs Médecine-chirurgie-obstétrique (MCO), Soins de suite et réadaptation SSR et Soins de long durée (SLD), le même critère est parfois répété 3 fois car le constat est le même sur les différents types d’hospitalisation

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.