Le laboratoire de physiopathologie de l’endothélium récompensé pour son dynamisme

L'édition 2010 des Trophées INPI (Institut National de la Propriété Industrielle) de l'Innovation a primé le laboratoire de Physiopathologie de l'Endothélium (UMR INSERM 608 /Université de la Méditerranée Aix-Marseille II, Faculté de Pharmacie / Assistance Publique- Hôpitaux de Marseille, Hôpital de la Conception) dirigé par le Professeur Françoise DIGNAT-GEORGE. L'unité a été récompensée pour sa politique dynamique en matière d'innovation et de propriété industrielle. A son actif 4 brevets déposés et une expertise en matière de bio-marqueurs innovants.

L’édition 2010 des Trophées INPI (Institut National de la Propriété Industrielle) de l’Innovation a primé le laboratoire de Physiopathologie de l’Endothélium (UMR INSERM 608 /Université de la Méditerranée Aix-Marseille II, Faculté de Pharmacie / Assistance Publique- Hôpitaux de Marseille, Hôpital de la Conception) dirigé par le Professeur Françoise DIGNAT-GEORGE. L’unité a été récompensée pour sa politique dynamique en matière d’innovation et de propriété industrielle. A son actif 4 brevets déposés et une expertise en matière de bio-marqueurs innovants.

Le laboratoire étudie les mécanismes de lésion et de régénération de l’endothélium (couche la plus interne des vaisseaux sanguins) pour mieux comprendre les pathologies vasculaires et contribuer à une meilleure prise en charge de ces dernières, grâce au développement de techniques d’exploration non invasives du vaisseau utilisant des bio-marqueurs innovants. Ces bio-marqueurs ouvrent également de nouvelles perspectives en médecine régénérative à travers le développement de stratégies thérapeutiques émergeantes basées sur les biothérapies.

Cette recherche de haut niveau international, qui associe une coopération avec des partenaires industriels du médicament et du diagnostic in vitro, explique la longue expérience de valorisation au sein du groupe dirigé par le Professeur Françoise Dignat-George. Ce réflexe « d’une innovation scientifique indissociable de la propriété industrielle » a récemment permis au laboratoire de déposer 4 brevets impliquant différents biologistes et chercheurs du laboratoire d’hématologie et de l’ UMR 608 dont :

– Découverte d’un nouveau facteur de croissance vasculaire, cible potentielle pour développer des stratégies de biothérapie visant à stimuler l’angiogenese au cours de pathologies ischémiques ou à bloquer la croissance des cellules tumorales en cancérologie.

-Identification des microparticules libérées par les cellules en situation de stress comme de nouveaux acteurs dans la génération de plasmine. Cette activité protéolytique est un concept original avec un intérêt potentiel dans la dissolution des caillots ou le remodelage vasculaire.

– Développement de bio-marqueurs vasculaires innovants permettant de diagnostiquer des réponses immunes dirigées contre le vaisseau et à l’interface de la coagulation, applicables aux situations allo-immunes comme la transplantation ou la biologie de la reproduction

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.