Le laboratoire d’hygiène du CHU de Rouen accrédité sans réserve

La prévention de la légionellose nosocomiale est un véritable enjeu de sécurité sanitaire pour les établissements de santé. Le laboratoire d'hygiène du CHU-Hôpitaux de Rouen, qui effectue depuis une quinzaine d'années des recherches de légionelles dans l'environnement hospitalier, a obtenu son accréditation COFRAC sans réserve jusqu'en décembre 2012. L'établissement dispose donc d'un laboratoire de haut niveau pour la recherche des légionelles, gage de qualité et d'efficacité dans la lutte contre les infections nosocomiales.

La prévention de la légionellose nosocomiale est un véritable enjeu de sécurité sanitaire pour les établissements de santé. La surveillance et la maintenance des installations sanitaires et des tours aéro-réfrigérantes (TAR), dont celles du CHU, sont régies par plusieurs textes réglementaires comprenant des recherches régulières de légionelles dans l’eau. Cette analyse microbiologique exige une technicité rigoureuse et du personnel très compétent : ceci a été récemment officialisé par arrêté qui, depuis le 13 décembre 2004, oblige les laboratoires réalisant la recherche de légionelles dans les TAR à être accrédités. Les accréditations sont attribuées par le Comité Français d’Accréditation (COFRAC), organisme national.

Le laboratoire d’hygiène du CHU-Hôpitaux de Rouen, qui effectue depuis une quinzaine d’années ces recherches dans l’environnement hospitalier (300 et 400 analyses par an), a donc été conduit à engager une démarche qualité pour obtenir l’accréditation nécessaire. L’inspection COFRAC du laboratoire d’hygiène s’est déroulée en janvier dernier.

Le laboratoire d’hygiène du CHU-Hôpitaux de Rouen a obtenu son accréditation sans réserve jusqu’en décembre 2012.
L’établissement dispose donc d’un laboratoire de haut niveau pour la recherche des légionelles, gage de qualité et d’efficacité dans la lutte contre les infections nosocomiales.

Le laboratoire accrédité répond à des critères exigeants, qui lui confèrent une reconnaissance internationale.
L’accréditation comprend une évaluation par des experts extérieurs, qui ont une double mission : l’évaluation des compétences techniques d’une part, et l’évaluation du management de la qualité mis en place d’autre part. L’évaluation du laboratoire d’hygiène s’est référée à la norme NF EN ISO 17025, impliquant la désignation dans le laboratoire d’un responsable qualité, d’un suppléant et d’un responsable métrologie. La notion d’amélioration continue est fondamentale dans cette démarche.

Un manuel qualité détaille le laboratoire, son système qualité et ses activités, les organigrammes précisant le rôle de chacun des personnels dans l’équipe et une déclaration de politique qualité engageant la direction du laboratoire. Par ailleurs, afin de garantir une qualité de résultats d’analyses, le laboratoire a développé une politique de choix, d’évaluation et de contrôle de ses consommables et matériels. Les instruments de mesure ont été étalonnés et vérifiés par d’autres laboratoires, eux-mêmes accrédités COFRAC.

Une des particularités de la norme est l’importance de la prise en compte de la satisfaction des « clients » (les services hospitaliers, les directions de l’établissement…) et l’écoute de leurs attentes, qui sont au centre de l’amélioration continue de la qualité.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.