Le labrador Eliott, cabothérapeute à 80% en gériatrie

Les pensionnaires de l’hôpital gériatrique des Charpennes ont accueilli un nouveau visiteur, à la fois compagnon et professionnel : Eliott, un labrador de 3 ans. Cet auxiliaire pas comme les autres agit comme un puissant stimulant auprès des victimes d’AVC qui s'impliquent davantage dans leurs exercices d’ergothérapie et de kinésithérapie. Eliott sait aussi apaiser les séniors désorientés souffrant de la maladie d'Alzheimer.

Les pensionnaires de l’hôpital gériatrique des Charpennes ont accueilli un nouveau visiteur, à la fois compagnon et professionnel : Eliott, un labrador de 3 ans. Cet auxiliaire pas comme les autres agit comme un puissant stimulant auprès des victimes d’AVC qui s’impliquent davantage dans leurs exercices d’ergothérapie et de kinésithérapie. Eliott sait aussi apaiser les séniors désorientés souffrant de la maladie d’Alzheimer. Réformé de l’école de chiens guides d’aveugles de Lyon, Eliott intervient en post AVC, long séjour et prochainement dans l’unité cognitivo comportementale.
En France, la zoothérapie est peu répandue. Le chien, avant tout considéré comme un animal de compagnie, est souvent associé aux animations en maison de retraite. Or son intervention peut être bénéfique dans le cadre d’exercices de rééducation de personnes âgées. La présence de l’animal les stimule, les incite à sortir d’un certain repli pour s’ouvrir au monde.
Une étude clinique est en cours d’élaboration pour démontrer l’apport du cabothérapeute, un facteur de motivation attachant et singulier.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.