Le laser femtoseconde révolutionne la chirurgie ophtalmique

L'Hôtel-Dieu de Paris (AP-HP), vient d'acquérir un laser femtoseconde, avec un module greffe de cornée. D'apparition très récente, le laser femtoseconde permet de découper la cornée sans action mécanique au moyen du laser piloté par un ordinateur. L'Hôtel-Dieu de Paris (AP-HP) est le seul établissement public de santé d'Ile de France à posséder cet appareil. Opérationnel depuis trois mois, il est implanté au sein du service d'ophtalmologie du Pr Gilles Renard, rattaché au pôle Ophtalmologie – Maxillo-Facial.

L’Hôtel-Dieu de Paris (AP-HP), vient d’acquérir un laser femtoseconde, avec un module greffe de cornée. D’apparition très récente, le laser femtoseconde permet de découper la cornée sans action mécanique au moyen du laser piloté par un ordinateur. L’Hôtel-Dieu de Paris (AP-HP) est le seul établissement public de santé d’Ile de France à posséder cet appareil. Opérationnel depuis trois mois, il est implanté au sein du service d’ophtalmologie du Pr Gilles Renard, rattaché au pôle Ophtalmologie – Maxillo-Facial.

Ce laser femtoseconde va transformer la chirurgie de la greffe de cornée et améliorer les résultats visuels des patients opérés de la myopie, de l’hypermétropie et de l’astigmatisme, grâce à une découpe beaucoup plus précise pilotée par ordinateur. Sorte de « bistouri micrométrique», beaucoup plus précis qu’une main, il découpe le tissu cornéen, en profondeur et dans les trois dimensions. La découpe est réalisée à partir d’un paramétrage informatique micrométrique et reproductible, ce qui permet de faire exactement la même découpe chez le donneur et chez le receveur, aboutissant à un emboîtement parfait limitant les défauts optiques et accélérant la vitesse de récupération visuelle.

Il remplace les découpes mécaniques classiques utilisées en chirurgie réfractive et pour certaines greffes de cornée. Le laser femtoseconde permet aussi de réaliser des tunnels dans la cornée et placer des anneaux rigides pour traiter les kératocônes, maladie évolutive déformante de la cornée touchant des patients jeunes devenus difficilement adaptable par lentilles. L’équipe clinique de l’Hôtel-Dieu travaille étroitement avec le Laboratoire Biotechnologie et Œil du Pr J-M Legeais de l’université Paris V, situé sur le même site, pour développer un nouveau laser femtoseconde utilisable pour toutes les greffes de cornée et la chirurgie du glaucome.

L’hôtel Dieu de Paris (AP-HP) est l’un des premiers centres de greffe de cornée Français et de chirurgie réfractive publique. L’équipe du service d’ophtalmologie de l’Hôtel-Dieu réalise toutes les chirurgies réfractives et la pose d’anneaux intracornéens avec ce nouveau laser depuis janvier 2007 et débutera le programme greffe au laser dès avril 2007.

L’équipe prévoit de réaliser plusieurs centaines d’actes chirurgicaux par an avec ce nouvel équipement dont le coût s’élève entre 700.000 et 800.000 euros.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.